screenshot

Ferrari F50

Fiche COLLECTION by Motorsport

EN BREF
SORTIE : 1995
MOTEUR : V12 à 65°
CYLINDRÉE : 4968 cm3
VITESSE MAX : 325 km/h
PUISSANCE (ch à tr/mn) : 520 à 8500
POINTS FORTS

Première Ferrari à coque carbone
Toit amovible
Magie du V12
Sans filtre
Confort de suspension

POINTS FAIBLES

Moteur pointu
Vibrations

Partager la fiche

Ses bonnes manières et sa sophistication inspirée de la Formule 1 font de la Ferrari F50 plus la mère de l’Enzo que la fille de la F40, dont le caractère bien trempé est gravé dans les mémoires.

Sauvage et quelque peu rustique, la F40 a marqué la fin d’une période, celle des Ferrari nées du vivant d’Enzo Ferrari. Le modèle qui a pris sa suite en 1995 et porte l’appellation anticipatrice de F50 (pour 50 ans de la marque) fait partie des premiers maillons de l’ère Montezemolo. Cette époque de reconstruction a débouché sur des autos plus élaborées, plus utilisables et liées à la Formule 1 par une pensée marketing judicieuse. Alors que Jean Todt était en “négos” avec Michael Schumacher, la F50 s’est présentée avec les stigmates d’une monoplace de Grand Prix. Cela commence par une carrosserie dont les formes ont été dictées par des centaines d’heures en soufflerie, ainsi que par la présence d’un fond plat et d’un extracteur. Le V12, ouvert à 65°, est directement fixé au dos de la coque, derrière l’habitacle. Il est porteur et s’inspire du 3,5 litres de la 641 F1 de 1990. Coiffé de culasses à 5 soupapes, il est taillé, malgré ses 4,7 litres, pour les hauts régimes. Son couple maxi est obtenu à 6 500 tr/mn. Sa puissance de 520 ch peut faire sourire en regard de celle de la F430 Scuderia. C’est la loi du temps qui passe. Mais cela n’empêche pas la F50 de rester une superbe oeuvre d’art. Il n’y a qu’à admirer sa suspension montée sur rotules, avec combinés à basculeurs. Bien sûr, il a fallu tenir compte des normes et des conditions d’utilisation de cette belle mécanique. D’où la présence sur le moteur d’un collecteur d’admission variable placé en amont du système à 12 papillons. D’où aussi le système de valve à l’échappement.

Sans filtre

Côté châssis, les amortisseurs sont pilotés et la garde au sol est relevable à l’avant. Au-delà de ses formes, la F50 présente la particularité d’être munie d’un toit amovible. L’opération demande un certain soin et rien n’est prévu à bord pour le stockage. La finition intérieure joue à fond la carte du carbone verni. Le cuir est uniquement utilisé sur le dessus de la planche de bord et les baquets. Pas de vitres électriques, mais un pédalier réglable et une instrumentation électronique à affichage analogique qui est devenue courante par la suite. Détail on ne peut plus important, la F50 est dotée d’une boîte mécanique non robotisée. Il a fallu attendre la 575 pour que cette technique soit conjuguée à un moteur V12. Cela dit, le maniement du levier à boule sur une grille en H reste un exercice d’adresse accessible et gratifiant avec une mécanique faite pour prendre des tours. Pas question de paresser sur un filet de gaz, on s’en rend compte tout de suite. Dans le même temps, les bruits de distribution sont bien audibles et les vibrations transmises à la coque nettement perceptibles. En revanche, l’amortissement piloté est agréable. Faute d’un poids miraculeux malgré l’usage intensif de carbone, la F50 affiche des performances exceptionnelles dans l’absolu, mais inférieures à celles de ses plus illustres contemporaines : la McLaren F1 (610 ch) et la Bugatti EB110 S (611 ch). Le comportement, quant à lui, révèle un caractère naturellement sous-vireur qui met en confiance et peut être inversé en jouant de la pédale de gaz. Mais attention, il n’y a ni ABS ni antipatinage pour venir au secours des apprentis pilotes.

 TOUTE LA
FICHE TECHNIQUE
Type (cylindres)
V12 à 65°
Disposition
Central arrière
Longitudinal
Cylindrée (cm³)
4968
Alesage x Course (mm)
85,0 x 69,0
Rapport volumétrique
11,3 : 1
Soupapes / Cylindres
5
Arbres(s) à cames
Sans
Entraînement
Chaîne
Alimentation / Allumage
Gestion intégrale Motronic MP 2.7
Suralimentation
Sans (Atmosphérique)
Lubrification
Sans (moteur électrique)
Puissance maxi (ch) à (tr/mn)
520 à 8500
Couple maxi (Nm) à (tr/mn)
471 à 6500

Régime maxi (tr/mn)

8500
Vitesse maximum (km/h)
325
0-100 km/h annoncé
3”9
0-100 km/h mesuré
-
0-200 km/h annoncé
14”2
0-200 km/h mesuré
-
400m DA annoncé
11”8
400m DA mesuré
-
1000m DA annoncé
21”4
1000m DA mesuré
-
Consommation moyenne (l/100km)
21.2
CO2 (g/km)
498
Année de sortie
1995
Prix à sa sortie
2 700 000 F (411 600 €)
Puissance fiscale
-
Options principales
FICH COLL.
BY MOTORSPORT
FICH COLL.
BY MOTORSPORT
FICH COLL.
BY MOTORSPORT
FICH COLL.
BY MOTORSPORT
FICH COLL.
BY MOTORSPORT
FICH COLL.
BY MOTORSPORT
FICH COLL.
BY MOTORSPORT
FICH COLL.
BY MOTORSPORT
FICH COLL.
BY MOTORSPORT
SPORTIVES
D’OCCASION
234 900 €
ferrari portofino occasion 2
Ferrari Portofino
Mise en circulation : octobre 2018
189 900 €
ferrari 458 spider occasion 3
Ferrari 458 Spider
Mise en circulation : juillet 2012
539 900 €
ferrari 812 gts occasion 2
Ferrari 812 GTS
Mise en circulation : mars 2023
259 900 €
ferrari roma occasion 3
Ferrari Roma
Mise en circulation : juillet 2021
129 900 €
ferrari f355 occasion 1
Ferrari F355 GTB
Mise en circulation : décembre 1995
364 900 €
ferrari 296 gtb occasion 3
Ferrari 296 GTB
Mise en circulation : février 2023
115 900 €
ferrari f430 spider 1
Ferrari F430 Spider
Mise en circulation : novembre 2008
449 900 €
ferrari 488 pista occasion 2
Ferrari 488 Pista
Mise en circulation : février 2019
348 800 €
ferrari 296 gtb verte 2
Ferrari 296 GTB
Mise en circulation : avril 2023
1 690 000 €
ferrari 599 sa aperta 1
Ferrari 599 SA Aperta
Mise en circulation : juin 2011
378 000 €
ferrari f8 tributo spider occasion 1
Ferrari F8 Spider
Mise en circulation : août 2020
379 900 €
ferrari 812 superfast occasion 1
Ferrari 812 Superfast
Mise en circulation : avril 2018
lamborghini revuelto 2
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.