couv evo170
Faux Départ

Lamborghini P140

Une petite Lamborghini équipée d’un V10 était en développement plus d’une décennie avant le lancement de la Gallardo en 2003. Voici pourquoi elle n’a jamais vu le jour.

En 1988, Lamborghini mettait un terme à la production de son entrée de gamme, la Jalpa à moteur V8 née Urraco dix-huit ans plus tôt. Dans l’ombre de leurs grandes sœurs à moteur V12, ces autos n’ont jamais vraiment été populaires même si Lamborghini n’a jamais abandonné l’idée d’ajouter un modèle d’entrée de gamme à son catalogue. C’est pour cela qu’un an avant le retrait de la Jalpa, le constructeur a commencé à travailler sur un nouveau projet répondant au nom de code P140 et qui avait pour mission d’aller ennuyer les 308/328 d’en face. Et pour frapper fort, elle devait marquer sa différence en adoptant ce que ni une Jalpa ni aucune Ferrari n’avait encore proposé : un V10.

034 evo 283 ignition doa.indd

Pour habiller ce nouveau moteur réalisé en interne et ce châssis inédit, Lamborghini fit appel à son designer favori, Marcello Gandini. Il proposa un engin acéré et trapu flanqué de montants en verre de chaque côté de la lunette arrière et de passages de roues à la découpe caractéristique du styliste italien. Le résultat n’était pas à proprement parler une belle auto mais cela n’était pas le plus gros souci. Non, le principal problème était l’argent. Ou pour être plus précis, le manque d’argent.

À cette époque, Lamborghini n’avait rien d’une grande firme et ne vendait que très peu de voitures. Et le propriétaire Chrysler n’avait aucune intention de leur envoyer de Détroit un chèque en blanc. Tout cela pour dire qu’il n’y avait pas dans les caisses de quoi développer un modèle entièrement nouveau. De plus, le petit département d’ingénierie ne manquait pas de travail puisqu’il s’activait déjà sur un autre projet, codé P132, qui allait devenir la Diablo. Étant donné qu’il s’agissait du modèle phare de la marque qui devait remplacer l’immense Countach, il avait évidemment la priorité. Ce n’est qu’après son lancement en 1990 que la petite équipe put se concentrer sur sa petite sœur, même si le développement des diverses variantes très lucratives de Diablo occupera une grande partie de son temps. Le projet P140 tourna donc au ralenti jusqu’à ce que la planète économique entre en récession au début des années 90. Il fut alors mis sur pause après que trois prototypes (dont celui en photo) furent construits.

Valentino Balboni s’amusait à mettre délibérément le prototype en tête-à-queue

Mais P140 n’était pas mort pour autant car en 1994, Chrysler revendit Lamborghini à l’Indonésien Megatech qui relança le projet. Mais tout le monde n’était pas forcément fan. C’était notamment le cas du chef essayeur Valentino Balboni qui avait pris pour habitude de placer le prototype délibérément en tête-à-queue sur les routes autour de l’usine pour mettre en lumière ses faiblesses fondamentales en termes de comportement dynamique. Ces problèmes provenaient essentiellement de la position du V10 au-dessus de la boîte, une disposition techniquement discutable justifiée par la décision de définir l’empattement de l’auto en divisant celui de la Diablo par 12 puis en le multipliant par 10.

La hauteur de ce groupe motopropulseur pourrait expliquer pourquoi la proposition de Giugiaro pour le projet P140 parut si disgracieuse et mal proportionnée lorsqu’elle fut dévoilée en tant que concept sous le nom ItalDesign Calà en 1995. 

lamborghini cala 3
ItalDesign Lamborghini Calà 1995

La même année, réalisant qu’il leur serait financièrement impossible de développer ce modèle équipé d’un V10 maison, Lamborghini va changer ses plans et réfléchir à une “Baby Diablo” utilisant un moteur acheté à l’extérieur. Lamborghini approcha alors Audi pour négocier l’achat de leur V8 4,2 litres ainsi que leur transmission intégrale mais si ce nouveau projet n’entra jamais en production, il permit toutefois d’établir un contact qui amena finalement Audi à acquérir Lamborghini en 1998.
Résultat, les fonds et les ressources techniques mis à disposition permirent aux Italiens de ressortir des oubliettes l’idée d’un V10 maison et de relancer le projet P140 qui arriva enfin en production sous les traits d’une auto que nous connaissons tous : la Gallardo. Cela a demandé 15 ans mais en 2003, Lamborghini a enfin eu sa “Baby” à moteur V10.

Nos dernières occasions

Partager cet article

Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
SPORTIVES
D’OCCASION
314 900 €
lamborghini huracan evo occasion 2
Lamborghini Huracan EVO Spyder
Mise en circulation : février 2019
289 000 €
lamborghini urus jaune occasion 2
Lamborghini Urus
Mise en circulation : juin 2022
309 000 €
lamborghini urus girigo keres occasion 3
Lamborghini Urus
Mise en circulation : octobre 2022
359 000 €
lamborghini urus s occasion 1
Lamborghini Urus S
Mise en circulation : mars 2023
209 900 €
lamborghini huracan grise 1
Lamborghini Huracan LP 610-4
Mise en circulation : septembre 2015
359 900 €
lamborghini aventador 1
Lamborghini Aventador S
Mise en circulation : janvier 2019
224 900 €
lamborghini gallarda spyder performante 2
Lamborghini Gallardo LP570-4 Spyder Performante
Mise en circulation : juillet 2015
279 900 €
lamborghini diablo 1
Lamborghini Diablo
Mise en circulation : septembre 1992
324 900 €
lamborghini huracan evo spyder 1
Lamborghini Huracan EVO Spyder
Mise en circulation : février 2020
294 900 €
lamborghini aventador noire 1
Lamborghini Aventador LP700-4
Mise en circulation : septembre 2012
evo blanc
NE MANQUEZ PAS LE PROCHAIN NUMÉRO
 VOUS AIMEREZ
AUSSI
lamborghini revuelto 2
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.