octane 63
Témoins

Jim Farley

Le DG de Ford est un fan inconditionnel de voitures. Il a fait une pause entre deux courses à Goodwood au volant de sa GT40 pour nous expliquer pourquoi c’est si important.

En produisant une Mustang électrique, nous sauvons le coupé à essence

2021 goodwood revival 17th 19th september 2021 photo: drew gibson

C’est une première : Jim Farley vient d’apprendre que son interlocuteur travaille pour Octane, qui semble être l’un de ses magazines automobiles préférés. Mais alors que je me demande si c’est le moment où je suis censé offrir un abonnement gratuit, il devance la question.

« J’aime acheter la presse en kiosque, dit-il. Ça aide les magazines à rester en activité et je veux que vous restiez en activité vous aussi. »

Farley fait clairement figure d’exception parmi les hommes d’affaires de haut rang. Le fait même qu’il soit ici, au Goodwood Revival, à piloter sa propre GT40, le désigne comme quelqu’un qui sort de l’ordinaire. En tant que directeur général de Ford, on pourrait s’attendre à ce qu’il soit d’abord un homme d’affaires pur et dur, et ensuite un passionné de voitures. En réalité, pour lui, les deux vont de pair. Besoin d’être convaincu ? Farley possède un grand nombre de Ford classiques, mais celle qui a la plus grande signification émotionnelle est la Mustang Notchback 1966 qu’il a achetée dans une casse lorsqu’il était adolescent.

« Ma famille vivait dans le Michigan, mais j’ai trouvé un emploi dans une usine de fabrication de moteurs en Californie à l’âge de 14 ans, explique-t-il. Pendant que je travaillais là-bas, j’ai vu une vieille Mustang déglinguée avec un moteur explosé dans une casse, et je l’ai achetée pour 500 dollars. J’ai dormi dedans tout l’été pour économiser de l’argent, j’ai reconstruit le moteur et j’ai encaissé mon billet d’avion pour payer l’essence pour le retour. Je n’avais pas de permis de conduire, pas d’assurance, rien. Mon père était tellement en colère ! Mais c’était le moment de mon passage à l’âge adulte. »

farley octane mustang1
Le jeune Jim Farley à ses premières amours.

Ironiquement, alors que son grand-père Emmet Tracy avait travaillé pour Henry Ford, Jim Farley n’avait jamais envisagé de se lancer dans l’industrie automobile. Il a obtenu un diplôme en économie et en informatique à l’université de Georgetown, à Washington DC, puis, pendant ses études supérieures en Californie, il a travaillé pendant les étés pour la banque d’affaires Morgan Stanley. Mais, bien que l’argent soit attrayant, le travail ne l’était pas. « Je me suis endormi lors d’une réunion avec un client, et le type qui me parrainait m’a dit : « Ce n’est pas pour toi. Tu n’aimes pas le métier. » Je lui ai répondu qu’il avait raison. »

Le grand-père de Farley (dont il était très proche) lui avait déjà suggéré d’essayer de trouver un emploi dans une entreprise automobile, mais Farley a tout de suite rejeté cette idée. « J’ai dit non, parce qu’ils vendent des minivans, et je ne veux pas travailler sur des minivans ! » Il a alors dit : « Je ne pense pas que ce soit aussi simple : je te connais, et je pense que tu seras heureux là-bas. »

Phil Hill était un type incroyable, un grand pilote , mais peu de gens connaissaient ses talents en mécanique

Les voitures ont certainement toujours fait partie de sa vie. Bien qu’il soit né en Argentine, à l’époque où son père, banquier de haut rang à la Citibank, y travaillait, il a grandi à Greenwich, dans le Connecticut, où se trouvait le siège de Chinetti Motors, le distributeur de Ferrari pour l’Amérique du Nord.

« Après avoir fait ma tournée de livreur de journaux, j’y allais à vélo et je traînais avec les mécaniciens italiens à l’arrière du magasin. C’est ainsi que j’ai appris le métier, explique Farley. Mon père détestait les voitures, mais il a dû parler de mon intérêt à un de ses amis, car celui-ci m’a mis en contact avec Briggs Cunningham en Californie. J’ai donc rencontré Briggs, qui était très gentil, et il m’a demandé s’il voulait bien m’écrire une lettre de recommandation pour le magasin de Phil Hill. J’y ai donc commencé comme concierge la première année, à nettoyer les toilettes et à vider les poubelles. Puis, comme mon grand-père m’avait appris à conduire des Packard, et que Phil adorait les Packard, il m’envoyait les récupérer. Je me souviens en avoir déposé une chez un type à Beverly Hills.

Il m’a dit de ramener sa Mercedes 300 SL Papillon au garage, mais l’essence était mauvaise et j’ai eu du mal à revenir. Quand j’ai essayé d’ouvrir le couvercle du coffre pour siphonner la vieille essence, la clé s’est cassée dans la serrure. Phil était furieux, parce que je n’aurais pas dû ramener la voiture, mais il a pris une corde, l’a accrochée sous la petite languette qui soulève le couvercle, m’a dit de tenir l’autre extrémité, et à trois, nous avons donné un coup sec et le couvercle s’est ouvert. Je veux dire, comment savait-il faire ça ? C’était un type incroyable, un grand pilote, mais peu de gens connaissaient ses talents en mécanique. Un jour, j’étais assis avec les mécaniciens et j’ai dit que j’aimerais postuler dans une entreprise automobile. Ils étaient tous d’accord pour dire que j’y serai très heureux, ce qui était exactement ce que mon grand-père avait dit quelques années auparavant. J’ai donc postulé chez Ford, Toyota, GM et Chrysler. J’ai reçu une offre de chacune d’entre elles et, en 1990, je suis allé chez Toyota. »

Pourquoi pas Ford, où son grand-père avait construit des modèles T 70 ans plus tôt ? Parce que chez Ford, il aurait été chargé de travailler sur un seul aspect d’un véhicule, le camion de la série F. Chez Toyota, il pouvait participer non seulement au développement d’une voiture entière, mais même d’une toute nouvelle marque : Lexus. C’était en 1990, alors que beaucoup d’Américains avaient encore des souvenirs personnels de la Seconde Guerre mondiale contre le Japon, ce qui ne manquait pas de provoquer quelques frictions. Farley n’aime pas en parler, mais il admet que sa décision n’a pas été pas au goût de tous dans sa famille, notamment parce que son père avait servi dans la marine pendant la guerre.

whitsun trophy
Sa Ford GT40 porte le numéro un, comme il se doit pour le patron de la marque. Le châssis 1109 est l’une des dernières GT40 fabriquées.

Malheureusement, son grand-père bien-aimé est décédé en 1998 et n’a donc jamais pu voir la suite de la carrière de Farley chez Ford. Après avoir gravi les échelons pour devenir directeur général de Lexus, il a quitté le navire pour Detroit en 2007, où il est devenu directeur du marketing de Ford. C’était un acte de foi : Lexus avait le vent en poupe, mais Ford était en grande difficulté à l’époque. Ce n’est pas un hasard si le PDG de Ford de l’époque, qui a recruté Farley, conduisait une Lexus dans le cadre de son précédent poste de PDG de Boeing. Après avoir aidé à sauver Ford de la quasi-faillite, Farley a été nommé président de Ford Europe en 2015. Cela a apporté quelques avantages : « Spa est mon circuit préféré. Et la Nordschleife était à 25 minutes de route de mon bureau. J’y allais pendant ma pause déjeuner, je payais un tour avec ma carte de crédit et je rentrais en voiture. Les gens me demandaient : « Comment était le déjeuner ? » et je répondais : « C’était génial ! » Ils n’avaient aucune idée… Et puis quelqu’un disait « Mec, les pneus de ta RS s’usent vraiment vite ! ». Je n’ai jamais maîtrisé le ‘Ring, mais j’ai vite compris qu’il fallait être très prudent dans les virages où il y avait beaucoup de spectateurs qui regardaient depuis des chaises longues. »

Le fait d’être basé en Europe a permis à Farley de s’impliquer sérieusement dans les courses historiques. Outre la GT40 qu’il a pilotée jusqu’à la 14e place dans le Whitsun Trophy du Goodwood Revival 2021 (« C’est le châssis 1109, l’un des derniers fabriqués »), il court également avec une Cobra 1966 et une Lola T298 1978. Il aime aussi les voitures de route classiques : il y a des Mustang, inévitablement, mais aussi une Ford GT et un hot rod Hi-Boy de 1932.

2021 goodwood revival 17th 19th september 2021 photo: drew gibson

« Je pense que si vous êtes un cadre de l’industrie automobile et que vous aimez les voitures, vous devriez avoir un hot rod. Je possédais le vieux coupé à cinq fenêtres du journaliste automobile Ken Gross, avec un flathead, mais je n’étais jamais satisfait de ses performances. J’ai donc décidé de travailler avec un gars et de construire une Hi-Boy 1932, en imaginant que nous étions en 1955 et que nous utilisions la meilleure technologie de course disponible à l’époque : une crémaillère de direction de voiture de sprint, une suspension à barre de torsion, des roues Halibrand, des jauges Stewart-Warner… C’est une voiture cool, même si elle n’est pas très confortable ! La voiture que j’aime le plus, cependant, est ma Lancia Aurelia Série IV. Rouge foncé, prise d’air de capot d’usine, suspension De Dion, levier de vitesse Nardi. Elle appartenait à John Lamm, de Road & Track, et je la convoitais depuis 30 ans. Et ma femme a une BMW 325i cabriolet de 1987 qu’elle a achetée neuve. Elle ne veut pas la vendre ! Je l’adore : c’est une super voiture et je la conduis tout le temps. Elle a un si beau design et elle convient à toute notre famille. »

La voiture que j’aime le plus est ma Lancia Aurelia Série IV : je la convoitais depuis 30 ans

M. Farley est resté à la tête de Ford Europe jusqu’en 2017, puis il a occupé plusieurs postes de direction chez Ford à Detroit avant de décrocher le gros lot le 1er octobre 2020, lorsqu’il est devenu PDG de Ford pour le monde entier. Ces dernières années, il s’est surtout attaché à préparer Ford à un avenir électrique, avec le lancement en 2022 du pick-up F-150 Lightning entièrement électrique et de la Mustang Mach-E. D’où la question suivante : en tant que passionné de voitures et grand fan de Mustang (outre sa Notchback ‘66 d’adolescent, il possède une Shelby GT350 de 1965 et une Boss 302 de 2012) a-t-il eu des scrupules à mettre le nom de Mustang sur un SUV électrique ?

« Oui, j’avais beaucoup de doutes. Certaines nuits je restais éveillé en pensant, « qu’est-ce que tu fais de ta vie ? Tu vas juste vendre plus de voitures en les appelant Mustang ? ». Et puis, à d’autres moments, je me disais que rien ne changeait et je savais que nous pouvions faire une voiture cool. Plus important encore, en produisant une Mustang électrique, nous pouvions sauver le coupé à moteur thermique. En ayant une Mustang électrique dans la gamme, dans le cadre des réglementations sur les émissions, nous pourrions maintenir le coupé régulier pendant encore dix ans. Mais je reçois beaucoup de messages haineux sur Twitter ! »

M. Farley n’a aucun doute quant aux avantages des voitures électriques pour les conducteurs de tous les jours. « J’étais initialement hésitant, mais ce sont de meilleures voitures. Elles ont 40 % de pièces en moins, sont plus rapides pour être fabriquées, les habitacles sont plus spacieux grâce aux roues placées à chaque coin… Le problème est que les voitures électriques sont sorties en ressemblant à des machines à coudre et nous n’avons pas encore vraiment vu de voitures pour les passionnés. Mais elles vont arriver. Je pense que Henry Ford se serait ennuyé avec les voitures des 50 dernières années, mais il trouverait que ce qui se passe aujourd’hui est incroyable. »

2021 goodwood revival 17th 19th september 2021 photo: drew gibson
Farley en GT40, menant la Lola-Chevrolet de Marshall Bailey.

Quiconque suit Farley sur Twitter, où il est un Tweetos prolifique, se rend compte à quel point sa vie de responsable d’entreprise est chargée. Il est donc surprenant qu’il trouve le temps de construire des modèles réduits de voitures, et ce, à un niveau très élevé.

« Certaines personnes lisent pour se détendre, moi je construis des maquettes. J’y consacre environ 20 minutes par jour et je les fabrique comme cadeaux de remerciement pour mes amis. Gordon McCall, de l’émission The Quail de la Monterey Car Week, voulait vraiment une Ford GT argentée, alors je lui ai fabriqué un modèle. Il a agrandi une photo pour qu’elle ressemble à une voiture grandeur nature et l’a mise sur les billets pour The Quail cette année. Et j’ai construit une Ford GT40 pour un membre de la famille de Ken Miles. C’était à partir d’un kit Meng, qui est vraiment haut de gamme, et j’ai obtenu la première en tirant quelques ficelles à notre département des licences et en leur demandant d’appeler la Chine… »

L’enthousiasme de Jim Farley pour les voitures et la scène automobile est évident, mais cela ne lui facilite pas la vie. « Lorsque vous dirigez Ford, vous vous retrouvez dans des situations compliquées. Mais les gens ne le comprennent pas forcément, et ils vous prennent en grippe parce que vous avez des opinions. Lorsque j’ai vu pour la première fois le design du Mach-E, il ressemblait à une Prius, et j’ai dit : « Pas sous mon mandat !  Mais j’ai la chance que Bill Ford soit un passionné de voitures. Et j’aime les gens. D’accord, la plupart du temps, je suis un homme d’affaires impitoyable, mais les voitures ont un sens pour moi et je comprends [il fait un geste vers le paddock de Goodwood] tout cela. Le gars qui travaille sur ma voiture de course n’est pas différent de moi . »

2021 goodwood revival 17th 19th september 2021 photo: drew gibson

Nos dernières occasions
Drew Gibson/Nick Dungan

Partager cet article

Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
SPORTIVES
D’OCCASION
99 900 €
ford sierra rs cosworth occasion 1
Ford Sierra RS Cosworth Groupe N
Mise en circulation : novembre 1986
39 900 €
focus rs 2 forever young
Ford Focus RS mk2
Mise en circulation : juillet 2014
logo octane 500x280 1.png
NE MANQUEZ PAS LE PROCHAIN NUMÉRO
 VOUS AIMEREZ
AUSSI
lamborghini revuelto 2
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.