favicon blancgrège rvb
Actus

Insolite : face aux protestations italiennes, la nouvelle Alfa Romeo Milano rebaptisée Junior

Il est rare qu'une automobile lancée en grandes pompes perde son nom quelques jours après sa présentation publique. C'est pourtant ce qui vient d'arriver à l'Alfa Romeo Milano.
SOMMAIRE

Alfa Romeo Milano… non,  Junior

Nous ne vous avions pas encore présenté la toute dernière Alfa Romeo Milano et ça tombe bien puisqu’elle ne s’appelle plus Milano !!

milano alfa junior

Ce SUV urbain électrique (mais aussi hybride de 136 ch) qui va reprendre dans sa version Veloce la plateforme technique de l’Abarth 600e (traction, batterie 54 kWh, 240 ch, voie élargie avec barres antiroulis spécifiques à l’avant et à l’arrière, suspension et système de freinage revus, jantes de 20 pouces) que l’on retrouvera aussi chez Lancia n’a a priori pas un grand intérêt sportif.

Gueguerre Italie/France

Mais la suite des évènements est assez insolite pour qu’on la relate puisque le gouvernement italien a fait publiquement savoir par la voix de son ministre de l’Industrie qu’il n’était pas du tout d’accord pour qu’une automobile porte le nom d’une ville du pays alors que sa production aura lieu en Pologne (ou pourtant la 500 a été produite depuis sa renaissance) ! Ce serait même ‘interdit par la loi’ selon le ministre italien qui rappelle que tout produit ayant un nom à consonance italienne doit être produit en Italie.

Cet épisode fait suite à une longue série de prises de bec entre le gouvernement Meloni et Stellantis. Meloni a en effet accusé Stellantis, le seul grand constructeur automobile du pays, de privilégier les intérêts de la France au détriment de ceux de l’Italie. Meloni a aussi critiqué la naissance du groupe comme une « prétendue » fusion qui « serait en fait une prise de contrôle déguisée par la France« .

Carlos Tavares a répété lors de la présentation du véhicule que la rentabilité du projet obligeait à localiser la production en Pologne en expliquant que « si elle avait été construite en Italie, la Milano (aujourd’hui Junior) aurait été vendue à partir de 40 000 euros au lieu de 30 000 euros, ce qui aurait limité son potentiel sur le marché ».

Alfa Romeo veut calmer les esprits

Pour désamorcer la grogne qui ne cessait de monter, Jean-Philippe Imparato, le patron d’Alfa Romeo a donc décidé de débaptiser son petit SUV. Le Milano n’est plus, bonjour Junior.

Junior est un nom qui était utilisé pour la Giulia dans les années 60 et qui fut longtemps envisagé pour celle qui s’appellera finalement MiTo. Imparato a précisé que même s’il est certain de gagner en justice face aux accusations du gouvernement, il préfère apaiser le débat et changeant de nom. Il a cependant énoncé les arguments montrant qu’Alfa Romeo était dans son bon droit :

  • Le nom Milano a été choisi en hommage à la ville où Alfa est née en 1910.
  • La Milano est arrivée en tête d’un sondage en ligne réalisé l’été dernier auprès de passionnés d’Alfa (la « Junior » est arrivée en deuxième position)
  • Alfa n’a jamais dit ou suggéré que la voiture était construite à Milan ou en Italie.
  • La Milano/Junior a été conçue et fabriquée en Italie.
  • La mention « Made in Poland » est clairement indiquée dans le numéro d’identification du véhicule sur un montant.
  • Un certain nombre de voitures portent des noms de villes qui ne sont pas liés à leurs sites de production (par exemple, les Kia Sorento et Rio, Nissan Murano, Hyundai Santa Fe et Tucson ; Toyota Tacoma et Chevrolet Malibu).
  • Alfa a déclaré il y a 18 mois que sa prochaine petite voiture serait construite en Pologne.
  • Le nom Milano a été annoncé le 13 décembre (à Milan) et le gouvernement n’a pas réagi jusqu’au lendemain de la présentation de la Milano (10 avril).

 

« Lorsque vous entrez dans des discussions politiques, vous perdez immédiatement la moitié de vos acheteurs et nous voulions éviter cela », a déclaré JP. Imparato qui a indiqué que l’impact financier du changement de nom sera négligeable, car la production n’a pas encore commencé et que très peu de projets marketing auront besoin d’être modifiés.

Les commandes ouvriront le 25 avril avec la version Milano Speciale de lancement suréquipée disponible en électrique (40 500 euros) ou hybride (31 500 euros).

 

Nos dernières occasions

Partager cet article

Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
SPORTIVES
D’OCCASION
 VOUS AIMEREZ
AUSSI
lamborghini revuelto 2
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.