Culture

La naissance de la Dodge Viper

Peu de gens ont anticipé l’impact que la Dodge Viper a eu sur le monde. En 1992, Ray Hutton a assisté à sa naissance.

SOMMAIRE

Janvier 1992, au soir du premier jour du North American International Auto Show (autrement dit, du salon de Détroit). Il est 22 heures et je travaille dans ma chambre de l’hôtel Westin sur le résumé de ma visite, quand le téléphone se met à sonner. C’est Tom Kowaleski, le responsable des relations presses produit de Chrysler Corporation. « Ray, Bob Lutz vous a arrangé un essai de la Viper. Pouvez-vous être au circuit d’essai de Chelsea, demain matin à 7h30 ? » En regardant la neige tomber et sachant que Chelsea est à 100 km, j’hésite une seconde. « Oui, bien sûr, j’y serai. »

dodge viper octane 1 image 0001

Voici comment je me suis retrouvé pour la première fois derrière le volant d’une Dodge Viper RT/10, à rouler jusqu’à 220 km/h, parfois en travers, dans le noir et sur le verglas. Mais ce n’était pas aussi dangereux que ça en a l’air, avec tous les dégagements d’un centre d’essai désert. Je n’ai pas appris grand-chose durant cette heure passée avant le lever du jour et l’ouverture des portes de Chelsea aux employés, mais j’ai eu la confirmation du fait que le modèle de route conservait tout l’esprit outrancier du concept Viper dévoilé exactement trois ans plus tôt. Chrysler avait donné naissance à une héritière de la Cobra 427. Qu’on l’aime ou qu’on la déteste, il était impossible de l’ignorer.

dodge viper octane 2 image 0002

Il ne fait pas de doute que la Viper a été inspirée par la Cobra. Bob Lutz, le Président de Chrysler, possédait une AC Mark IV. Avec le Vice-président du design, Tom Gale, un amateur de hot-rods, il a proposé de lancer une série de concept cars excitants pour dynamiser l’image de Chrysler et masquer le fait que sa gamme était aussi ennuyeuse que vieillissante. Au salon de Détroit 1989, leur principale attraction (ou distraction) allait être une voiture de sport sauvage à deux places et au moteur immense : un hot-rod moderne.

La Viper est restée secrète jusqu’à la première journée du salon (c’était plus facile à faire à cette époque d’avant les médias sociaux) et elle a causé la sensation quand elle fut présentée. Elle était plus grosse, plus basse et plus menaçante qu’aucun autre roadster et cette surenchère était couronnée par un monstrueux V10 de 8,0 litres, le prototype d’un moteur destiné à un gros pick-up utilitaire Dodge.

La présentation s’accompagnait de la phrase habituelle : « Si suffisamment de personnes manifestent leur intérêt, nous envisagerons de la produire ». Lutz avait un plan séduisant pour la Viper, mais les ressources étaient limitées chez Chrysler et il avait besoin d’un vote de confiance du public. Pari réussi : si les chèques de commande ont été renvoyés, un groupe de travail fut mis en place pour réfléchir à comment transformer ce concept car en une réalité industrielle.

dodge viper octane 2 image 0003

La fosse aux serpents

dodge viper octane 3 image 0001La Team Viper fut un groupe de 30 volontaires de différents secteurs de l’entreprise (ingénierie, design, production, vente), et ils ont commencé à se mettre au travail dans un ancien entrepôt de supermarché de la banlieue de Détroit. Il n’aura pas fallu longtemps pour que l’équipe « hérite » d’un studio de design chez Jeep/Truck Engineering, l’ancien bâtiment d’American Motors sur Plymouth Road, à West Detroit.

C’est devenu un « skunk works » (appelé le Viper Pit, la fosse aux vipères) qui pouvait opérer de façon autonome, loin de la bureaucratie d’une grande entreprise. L’équipe devait trouver une nouvelle façon de faire les choses s’ils voulaient produire la Viper en trois ans et être capables de la vendre à profit au tarif cible de 50 000 dollars. Roy Sjoberg, l’ingénieur en chef de la Team Viper, un spécialiste des matériaux et vétéran du programme Liberty de Chrysler (une des nombreuses études de voitures basiques que l’entreprise a développées au cours des ans) se remémore : « À ce stade, nous ne travaillions qu’à partir d’un concept. » La voiture de salon avait un châssis rudimentaire, un moteur « emprunté » et une carrosserie en acier formée à la main par Metalcrafters, une entreprise spécialisée dans les prototypes uniques. Sjoberg a rapidement fait passer l’équipe à 85 personnes et s’est surpassé pour mettre la main sur des installations sous-exploitées au sein de l’entreprise. Des outils, des ordinateurs et même des dynamomètres se sont frayé un chemin pour atterrir au Viper Pit, où l’équipe travaillait ensemble, partageant chaque problème au fur et à mesure qu’il se déclarait. Cette façon de travailler avec une équipe transversale se révéla si efficace que Chrysler réorganisa plus tard toute son équipe d’ingénieurs en « groupes plateformes ».

dodge viper octane 3 image 0002Au mois d’août 1989, la Team Viper avait produit un « mulet » de châssis : un châssis-poutre multitubulaire renforcé dans sa section centrale par des panneaux en acier soudés. Une suspension type course à triangles superposés avec des ressorts et amortisseurs concentriques fut adoptée à l’avant et à l’arrière, avec un mélange de pièces venant du groupe (par exemple, la colonne de direction était celle de la Jeep Cherokee et les triangles supérieurs avant venaient d’un utilitaire Dodge). Un second prototype fut équipé d’un moteur V8 pour des essais de roulage, mais l’intention était de poursuivre avec le puissant V10. Cet été-là, Lutz a mentionné dans une conversation avoir impliqué Lamborghini, une acquisition récente de Chrysler. L’idée n’était pas, comme certains l’ont suggéré, d’utiliser un moteur Lamborghini, mais d’employer l’expertise du constructeur dans la fonderie d’aluminium afin de réaliser un bloc-moteur et des culasses légères pour le V10 Dodge. Pour le reste, ce moteur allait se conformer à la norme peu sophistiquée de Détroit des deux soupapes par cylindre, actionnées par des culbuteurs. Pendant ce temps, la carrosserie fut redessinée pour être produite en composites plastique. Si elle ressemblait fortement à celle du concept car, la coque de la voiture de production était en tout point différente, qu’il s’agisse de ses angles ou de ses dimensions. Les panneaux, réalisés en fibre de verre par moulage par transfert de résine (RTM), étaient rivetés et collés au châssis-cadre. Conserver les tuyaux d’échappements latéraux exposés, qui étaient une caractéristique du concept car, a présenté quelques difficultés au moment d’ajouter des silencieux et des convertisseurs catalytiques à haute température, ceux-ci étant coincés entre les panneaux des bas de caisse en aluminium, remplis de Nomex isolant. En mai 1990, la Team Viper avait réalisé la voiture définitive.

Le miracle

dodge viper octane 4 image 0001C’était le moment de prendre une décision. Lee Iacocca, le président de Chrysler, avec qui Lutz n’avait pas une bonne relation, fut invité à évaluer le travail de la Team Viper. Sjoberg l’a emmené faire un tour le long de l’Oakland Avenue, à Détroit. « Qu’attendez-vous ? a alors demandé le président. Assemblons ce machin ! » Le lancement était prévu pour janvier 1992 et le budget fixé à 50 millions de dollars, des miettes aux standards de l’industrie automobile. Encore une fois, la Team Viper a dû emprunter une approche peu orthodoxe. Au lieu de demander aux fournisseurs de formuler une offre, ceux-ci furent invités à partager les risques : ils allaient supporter les frais de développement et obtiendraient, en retour, les contrats de production de la Viper. Certains acteurs du secteur ont refusé, mais Fabco (une société canadienne) a accepté de fournir le châssis, Rockwell de produire les panneaux de carrosserie et Borg Warner de développer une nouvelle transmission manuelle à 6 rapports. Un espace fut rendu disponible au New Mack Avenue Process Center, une partie de l’ancienne usine d’emboutissage Chrysler à Détroit, pour installer une ligne d’assemblage manuelle. Dès le départ, il était attendu que la Viper atteigne ou dépasse les performances de la Cobra 427 : un 0 à 100 km/h en 4”5, un 0 à 160 km/h en 10”0 et une vitesse de pointe de 255 km/h. Cela demandait 400 ch et 610 Nm, ce que le moteur à bloc alu (50 kg plus léger que l’original) développait facilement.

Bob Lutz : « La Viper dispose de quatre roues directrices : elles sont actionnées par la pédale de droite »

La Viper a démontré ses performances plus tôt que prévu quand, en mai 1991, à peine 12 mois après l’accord pour la production, un prototype fut sélectionné comme pace car des 500 miles d’Indianapolis. Il n’était pas censé se trouver là, mais les autorités sportives américaines (et les syndicats de l’industrie) ont fait objection aux origines japonaises de la voiture proposée à l’origine par Chrysler, la Dodge Stealth. Pour faire le lien avec son héritage, Carroll Shelby, l’homme à l’origine de la Cobra (qui travaillait alors pour Chrysler), a été invité à piloter la Viper devant le peloton des pilotes d’Indy.

dodge viper octane 5 image 0005 Remplacer la Stealth à 4 roues motrices, basée sur la Mitsubishi 3000GT, a souligné la position unique et distincte de la Viper dans la gamme Chrysler. Bien que d’un concept démodé (Lutz la décrivait comme « yesterdaytech », technique d’hier), c’était une voiture complètement nouvelle pour l’entreprise et développée de façon radicalement différente que n’importe quelle autre de ses voitures. Mais le confort était quasi inexistant : la capote avait l’air d’une pièce détachée (c’en était une), de simples panneaux latéraux en plastique faisaient office de vitres et il n’y avait ni climatisation, ni serrures, ni poignées de portes. On ne trouvait pas non plus le moindre des équipements et systèmes de sécurité qui devenaient universels, tels que des airbags ou un ABS. Lutz s’en amusait : « La Viper dispose de quatre roues directrices : elles sont actionnées par la pédale de droite ».

Une production commando

dodge viper octane 5 image 0003À la nouvelle usine de New Mack Avenue, un groupe de mécaniciens qualifiés (15 au début, puis jusqu’à 70) travaillait sur la ligne d’assemblage, avec des voitures se déplaçant entre 22 postes sur un système de convoyeur à chaîne provenant d’une station de lavage. Les voitures de présérie ont été achevées juste avant Noël 1991 : la Viper est arrivée à temps, sans trop dépasser le budget (70 millions de dollars, ce qui reste toujours peu comparé au coût de n’importe quel autre nouveau modèle). Une Viper hurlant dans les allées du Cobo Hall, Bob Lutz à son volant : voici l’un des temps forts des journées presse du Salon de Détroit. Ayant régulièrement discuté du projet avec lui depuis l’apparition du concept car, je me demandais quand des gens extérieurs à l’entreprise seraient autorisés à conduire la voiture. D’où ma rencontre matinale au Chelsea Proving Ground. Quelques mois plus tard, j’ai eu droit à un vrai essai, sur route et sur circuit, après une visite de l’usine de New Mack Avenue, où j’ai pu voir la Viper sans ses panneaux de carrosserie : c’est juste un immense moteur avec quatre grosses roues et un réservoir d’essence attaché à l’arrière. L’un des « artisans » l’a décrite comme « le kart le plus rapide au monde ». Sur une route sèche, ses énormes Michelin (à l’époque, c’étaient les pneus de route les plus larges à avoir été montés sur une voiture de série) offraient certainement une adhérence prodigieuse et permettaient des progrès extrêmement véloces dans les virages rapides (et larges). L’habitacle me rappelait en revanche plus celui d’une voiture de course des années 50 que celui d’un kart.

L’attrait de la voiture était indéniable : les gens se retournaient sur elle, tout sourire, dès qu’elle apparaissait.

Son prix sur le marché américain, de 55 000 dollars (environ 300 000 francs, au taux de change du moment), était avantageux comparé à celui de la Chevrolet Corvette, sa concurrente évidente. À l’époque, les magazines américains (Car and Driver, Road & Track, Motor Trend et The Automobile) étaient tous obsédés par les g d’accélération latérale et ils se montraient pleins d’éloges. Le business plan indiquait un bénéfice à partir de 3 000 voitures assemblées par an. Ce chiffre semblait optimiste, mais à ce stade il paraissait pouvoir être réaliste. Il ne s’est cependant vendu « que » 3 083 Viper en 1994, ce qui fut sa meilleure année. La production fut d’abord assez faible, avec trois voitures par jour. La première série de 200 trouva rapidement preneurs et pendant un temps, les Viper se revendaient au-dessus du prix du neuf.

dodge viper octane 5 image 0004

De Dodge à Chrysler

Fin 1992, 285 voitures avaient été écoulées et la direction de Chrysler avait changé : Lee Iacocca était parti à la retraite et sa place de directeur général avait été prise par Bob Eaton. À ses côtés comme directeur d’exploitation et en charge des produits, Lutz était au sommet de son pouvoir. Chrysler avait le vent en poupe avec de nouveaux produits passionnants et la Viper en était le porte-étendard à hautes performances. Encouragés par cet essor, une douzaine de cadres supérieurs de la société, dont plusieurs membres du conseil d’administration (Lutz, Eaton et Gale, notamment) ont commandé des Viper pour leur propre usage. Lutz et Eaton étaient désireux de positionner une marque Chrysler rajeunie sur le devant de la scène mondiale, il était donc inévitable que quelques Viper soient envoyées à l’export. En mai 1993, souhaitant faire bonne impression, Chrysler organisa le lancement presse européen à Monaco, avec des essais sur l’autoroute et dans l’arrière-pays. Sur l’autoroute c’était un missile (mais aussi un aimant à gendarmes), mais elle n’était pas vraiment adaptée au réseau secondaire des Alpes-Maritimes, tortueux et chargé. Et en comparaison des Ferrari et des Porsche garées dans Monte-Carlo, son intérieur en plastique gris pale, d’apparence spartiate, paraissait vraiment bas de gamme. Ces voitures étaient appelées « Chrysler Viper », car à l’époque la marque Dodge n’était pas vendue en Europe. Le tarif français s’établissait au prix solide de 489 900 francs.

Seconde version

dodge viper octane 6 image 0001Comme cela arrive souvent avec les voitures assemblées en petite série, la seconde version était une amélioration majeure de l’originale. La Viper 1996 qui, à la mode américaine, est apparue en 1995, voyait beaucoup de ses défauts corrigés et était bien meilleure à conduire, comme je l’ai découvert pendant quatre jours et 1 800 km en Californie. Le modèle 1996, appelé SR-II, était la voiture que Viper aurait dû lancer dès le début. Ses échappements latéraux avaient été déplacés à l’arrière, avec deux sorties centrales. La puissance a été augmentée à 420 ch, certaines pièces de suspensions étaient en aluminium au lieu de l’acier (économisant ainsi 27 kg), l’intérieur a été refait en noir et la finition était améliorée, aussi bien dedans que dehors. Sur les routes américaines, la voiture était délicieuse. L’instabilité au freinage du modèle d’origine avait été réglée et la direction directe rendait les sorties d’épingles en glisse amusantes. Elle paraissait certes maladroite dans les rues de San Francisco et la transmission longue (100 km/h à 1 200 tr/min en 6e) et l’embrayage dur rendaient la progression au ralenti difficile. Mais la Viper n’a jamais été pensée pour la balade en ville.

Chrysler a également lancé la Viper GTS Coupé pour l’année-modèle 1996 : un fac-similé de la Cobra Daytona Coupé, avec un toit à double bossage, qui allait remporter le Championnat d’Endurance FIA GT2 et devenir plus populaire que le roadster. La GTS avait des vitres électriques, des serrures de portes, la climatisation et deux airbags. La sauvageonne risquait de devenir civilisée. Bob Lutz l’avait dit au départ : « Le jour où cette voiture recevra un contrôle de motricité et l’ABS, elle perdra son âme. » Elle l’aura conservé jusqu’en 2001, année où l’ABS est devenu standard. La production continua (avec un hiatus entre 2010 et 2013), avec 32 000 voitures assemblées en cinq séries, jusqu’en 2017. Le monde avait bien changé en 25 ans, depuis qu’il avait présenté la Viper avec les mots suivants : « Certaines personnes ne la comprendront pas, mais ce n’est pas grave. La Viper n’est pas une voiture pour tout le monde. C’est une expérience de conduite intense. Point final ».

dodge viper naissance octane

 

Nos dernières occasions
249 900 €
Ferrari Roma
Mise en circulation : octobre 2021
64 900 €
Porsche Macan GTS
Mise en circulation : février 2017
79 900 €
Porsche 911 (997) Turbo
Mise en circulation : mai 2007
79 900 €
BMW X4 M Compétition
Mise en circulation : novembre 2019
74 900 €
Porsche 981 Cayman GTS
Mise en circulation : novembre 2014
64 900 €
Porsche 928 GTS
Mise en circulation : juin 1992
307 900 €
McLaren 720S Spider
Mise en circulation : février 2019
69 900 €
Mercedes AMG A45 S
Mise en circulation : novembre 2019
67 900 €
Porsche 911 (996) 40 Jahre
Mise en circulation : février 2014
259 900 €
Porsche 911 (992) GT3
Mise en circulation : août 2021
294 900 €
McLaren 675LT Spider
Mise en circulation : mai 2017
220 000 €
Range Rover Sport P530 First Edition
Mise en circulation : mars 2023
452 900 €
Mercedes AMG GT Black Series
Mise en circulation : décembre 2021
279 900 €
Bentley Bentayga Hybrid 3.0 L
Mise en circulation : mai 2023
74 900 €
Lotus Esprit V8
Mise en circulation : novembre 2011
399 900 €
Lamborghini Huracan STO
Mise en circulation : octobre 2021
204 900 €
Mercedes AMG SL 63 4MATIC+
Mise en circulation : juillet 2023
134 900 €
Porsche 911 (991/1) Carrera 4 GTS
Mise en circulation : juillet 2015
334 900 €
Porsche 911 (997) Speedster
Mise en circulation : juillet 2011
479 900 €
Ferrari 296 GTS
Mise en circulation : juillet 2023
269 900 €
Porsche 718 Cayman GT4 RS
Mise en circulation : septembre 2022
239 900 €
Mercedes AMG GT R Pro
Mise en circulation : septembre 2019
134 900 €
Porsche 718 Cayman GTS 4.0
Mise en circulation : septembre 2022
164 900 €
Wiesmann GT MF4
Mise en circulation : novembre 2010
99 900 €
Ford Sierra RS Cosworth Groupe N
Mise en circulation : novembre 1986
329 900 €
Ferrari F8 Tributo
Mise en circulation : décembre 2020
21 900 €
Renault Clio 16S
Mise en circulation : décembre 1991
829 000 €
Lexus LFA
Mise en circulation : décembre 2014
1 195 000 €
Porsche Carrera GT
Mise en circulation : octobre 2004
399 000 €
Aston Martin Virage Volante 6.3 Widebody
Mise en circulation : mai 1997
114 800 €
Porsche Panamera 4S E-Hybrid
Mise en circulation : décembre 2020
239 900 €
Ferrari Portofino
Mise en circulation : juin 2019
314 900 €
Aston Martin DBX 707
Mise en circulation : octobre 2022
238 900 €
Porsche 911 (992) Carrera GTS Cabriolet
Mise en circulation : octobre 2022
54 900 €
Caterham 170 R
Mise en circulation : mars 2023
525 000 €
Aston Martin V12 Vantage 2023
Mise en circulation : mars 2023
312 900 €
McLaren 720S Spyder
Mise en circulation : juillet 2019
89 900 €
Lotus Exige 350 V6 Cup
Mise en circulation : décembre 2014
1 995 000 €
McLaren ELVA
Mise en circulation : juin 2023
249 900 €
Porsche 911 (991/2) GT3 RS
Mise en circulation : septembre 2019

Partager cet article

Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
SPORTIVES
D’OCCASION
249 900 €
Ferrari Roma
Mise en circulation : octobre 2021
64 900 €
Porsche Macan GTS
Mise en circulation : février 2017
79 900 €
Porsche 911 (997) Turbo
Mise en circulation : mai 2007
79 900 €
BMW X4 M Compétition
Mise en circulation : novembre 2019
74 900 €
Porsche 981 Cayman GTS
Mise en circulation : novembre 2014
64 900 €
Porsche 928 GTS
Mise en circulation : juin 1992
logo octane 500x280
NE MANQUEZ PAS LE PROCHAIN NUMÉRO
 VOUS AIMEREZ
AUSSI
comparo evo a110 mx5 gr86 5
Actus
BY CARFANS

La future Alpine A110 électrique sera plus lourde que prévu

Marque :Alpine
La remplaçante électrique de l’Alpine A110 embarquera finalement de grosses batteries pour garantir aux clients une autonomie maximale suffisante.
saab ex prototype 8
Actus
BY CARFANS

Cette Saab est unique. Elle est homologuée. Et elle est à vendre

Marque :Saab
Une Saab absolument unique et homologuée peut être à vous très bientôt. Voilà une perspective séduisante pour faire jaser dans les rassemblements vintage, non ?
bmw m3 touring statique arriere
Actus
BY CARFANS

Une BMW M3 électrique en 2027

Marque :BMW
BMW doit commercialiser une version 100% électrique de sa M3. Elle promet que les clients n’y perdront pas en sensations de pilotage et sa puissance pourrait dépasser largement les 1000 chevaux.
alfaromeo 33 stradale 4
Actus
BY CARFANS

Alfa Romeo devrait devenir un constructeur de supercars à temps plein

Marque :Alfa Romeo
Modèle : 33 Stradale
Le succès de la 33 Stradale va amener d’autres projets de supercars élitistes chez Alfa Romeo.
tesla model s plaid
Actus
BY CARFANS

De 100 à 200 km/h en moins de 4 secondes sur l'autoroute en Tesla Plaid

Marque :Tesla
Modèle : Model S Plaid
Qu’il semble loin le temps où ces Tesla ne pouvaient se catapulter qu’à basse vitesse ! Désormais même sur autoroute allemande, elles laissent sur place les supercars.
match honda civic type r / renault mégane rs trophy
Actus
BY CARFANS

Le prix de la Honda Civic Type R atteint des sommets. Elle n'est pas la seule...

Marque :Cupra
Avec le malus français, le premier prix de la Honda Civic Type R est désormais de 69 772€. Ça fait très mal…
034 evo 283 ignition doa.indd
Faux Départ
BY EVO

Lamborghini P140

Marque :Lamborghini
Une petite Lamborghini équipée d’un V10 était en développement plus d’une décennie avant le lancement de la Gallardo en 2003. Voici pourquoi elle n’a jamais vu le jour.
chronos piste gp bmw m4 csl
Actus
BY CARFANS

BMW va lancer une M4 CS

Marque :BMW
Modèle : M4 CSL (G82)
L’année prochaine, BMW lancera une version CS de sa M4 Coupé. Elle combinera la puissance de la M4 CSL avec la transmission de la M3 CS.
mini countryman jcw 4
Nouveautés
BY CARFANS

Le nouveau Mini Countryman JCW a toujours un moteur thermique de 300 ch !

Marque :Mini
Modèle : Countryman JCW
Si la future Mini Cooper JCW sera électrique, le nouveau Countryman conserve un moteur thermique pour sa version John Cooper Works.
porsche taycan nurburgring lap r
Actus
BY CARFANS

Porsche prépare un super Taycan Turbo GT

Porsche met la dernière main à une version radicale de son Taycan électrique. L'auto aligne déjà des tours rapides sur le Nürburgring.
capture d’écran 2023 09 14 à 19.17.47
Actus
BY CARFANS

(vidéo) Drag Race BMW M2 G87 vs Audi RS3 Performance : pilule bleue ou pilule rouge ?

Marque :Audi
Motorsport Magazine a organisé une drag race entre la dernière BMW M2 de 460 ch qui est, rappelons-le, une petite M4 et l'Audi RS3 Performance de "seulement" 407 ch. Et devinez qui a gagné ?
audi rs6 gto concept
Actus
BY CARFANS

Audi prépare une RS 6 vraiment ultime. Quand même pas la GTO ?

Marque :Audi
Modèle : RS6 Avant (C8)
Avant de disparaître définitivement sous sa forme thermique, l’Audi RS 6 va sortir le grand jeu dans une version ultime. Jusqu'à quel point ?
audi rs e tron gt ice race edition
Nouveautés
BY CARFANS

Nouvelle Audi RS e-tron GT ice race edition : ou comment rater la célébration des 40 ans d'Audi Sport

Marque :Audi
Modèle : RS e-tron GT
Cette étrange e-tron GT est une série limitée célébrant les 40 ans d'Audi Sport GmbH (né quattro GmbH). Si, si.
smart 2023 1
Actus
BY CARFANS

Mais qu'est devenue Smart Automobile ? Une marque chinoise...

On pourrait en douter mais Smart n'est pas une marque morte. Pourtant, leur absence de communication depuis bientôt deux ans laisse dubitatif d'autant qu'ils commercialisent deux nouveaux modèles Brabus... La vérité est ailleurs.
vw idx performance concept 5
Nouveautés
BY CARFANS

La Volkswagen ID.X Performance est une électrique complètement folle

Même chez Alfa Romeo ou Jaguar, on ne trouve pas des berlines à la présentation aussi radicale que ça !
bugatti bolide 1
Actus
BY CARFANS

Reconnaissez-vous ce Bolide ?

Marque :Bugatti
Modèle : Bolide
Ceci est une hypercar qui ne fait pas les choses à moitié. Mais laquelle ? On vous a donné un indice pourtant...
mini j01 cooper se 0
Nouveautés