Subaru BRZ

Fiche COLLECTION by Motorsport

EN BREF
SORTIE : 2012
MOTEUR : 4 à plat
CYLINDRÉE : 1998 cm3
VITESSE MAX : 223 km/h
PUISSANCE (ch à tr/mn) : 200 à 7000
POINTS FORTS

Ludique
Légèreté
Position de conduite
Prix/Plaisir

POINTS FAIBLES

Freinage
Perfs
Finition
Efficacité avec pneus de série

Partager la fiche

En 2012, Subaru et Toyota s’associent pour produire les BRZ/GT86, à contre-courant de la surenchère qui envahit la planète sportives. La propulsion light, simple, réjouissante et atypique avec son flat-4 manque de puissance mais offre un rapport prix/plaisir excellent et s'érige comme une formidable auto école pour les apprentis contre-braqueurs.

La démarche est rafraîchissante, dans une conjoncture tendant vers la lourdeur et la surpuissance. Toyota possédait déjà des parts dans Subaru mais c’est la première fois que les deux Japonais unissent leur force pour produire un petit coupé. Qui a fait quoi ? Une grande opacité entoure cette association. Il semblerait que l’idée ait germé chez Toyota, et Subaru revendique la majeure partie du développement. Cette joint-venture a donné naissance à 3 modèles, produits dans l’usine Subaru de Gunma (Japon) : BRZ, GT86 et FR-S pour feue la marque jeune et branchée de Toyota aux USA, Scion. Les différences sont minces et quasi exclusivement esthétiques : boucliers, habillages dans l’habitacle. La position de conduite est irréprochable : basse, jambes allongées, baquets enveloppants. L’ambiance évoque plutôt le début du millénaire, entre la qualité des matériaux, le graphisme et l’infotainment. Les places arrière, elles, sont accessoires et leur modularité, en lien avec le coffre, a été imaginée pour accueillir 4 pneus slicks. Délicate attention, qui en dit long sur les intentions de ses concepteurs. Ce poids plume est vivant, ultra-communicatif, et fleure bon l’authentique sportive. L’impression de conduire une petite propulsion d’antan domine. Et c’est déjà beaucoup ! Il est juste dommage que la mécanique ne procure pas le frisson attendu de la part d’un coupé light de 200 ch.
Le flat-4 atypique se réveille dans les tours sans être percutant et reste anémique aux régimes conventionnels. Ce 2 litres revendique certes une architecture très Subaru, permettant d’abaisser le centre de gravité, mais sans la suralimentation typique de la marque… qui aurait été la bienvenue ! Une aubaine pour les préparateurs. Toyota a apporté sa patte en greffant la bi-injection (directe/indirecte) et en imposant des cotes historiques : 86 x 86 mm. Il a également conçu la boîte manuelle à 6 rapports, qui manque de rapidité et de précision. Dommage pour un tel jouet ! Avec une puissance digne d’une Clio 3 R.S., les deux constructeurs ont naturellement relégué les performances au second plan. Malgré les bons Cx et rapport poids/puissance, le coupé ne décolle pas les rétines et se positionne au niveau d’une MX-5 2 litres : 0 à 100 km/h en 8’’3, 1 000 m en 28’’3 (vidéo)… À l’époque, une RCZ de même puissance faisait mieux. Au quotidien, les 2 derniers rapports longs et le manque de peps imposent de tirer plus que de raison sur la mécanique, au détriment de la consommation qui grimpe vite au-dessus de 12 l/100 km.

Pas efficace mais joueuse

Ses géniteurs affirment avoir misé sur le plaisir de pilotage, dans sa plus simple expression. Le cocktail propu’, poids contenu et parfaite répartition des masses fait cette “Toybaru” une machine à croquer des virolos. Le feeling est remarquable. Le train avant n’est pas hyper mordant, mais suffisamment costaud et bien accordé à une poupe mobile à souhait. La Nippone incite à jouer avec les transferts de masse, à réaccélérer tôt… Bref, à s’occuper d’elle ! La suspension, elle, digère les défauts de manière sèche, mais pas inconfortable, et maîtrise les mouvements de caisse. Quant au freinage, il n’est pas à la hauteur de l’excellent châssis : efficacité, calibrage de l’ABS. Sur notre tracé fétiche de Magny- Cours Club, le coupé est pénalisé par ses freins, son manque de punch et ses pneus dignes d’une Prius (Michelin Primacy).
Résultat, le BRZ plonge dans les profondeurs du classement en tournant en 1’31’’60 (vidéo). Il rappelle surtout, à chaque virage, qu’il a envie de jouer, tout en douceur. Il est possible d’entretenir de belles glisses, à condition d’avoir de l’élan et de rester dans les tours. Il est donc infiniment plus plaisant à conduire qu’une RCZ ou une Clio R.S., mais n’offre pas le piquant d’une S2000.

 TOUTE LA
FICHE TECHNIQUE
Type (cylindres)
4 à plat
Disposition
Avant
Longitudinal
Cylindrée (cm³)
1998
Alesage x Course (mm)
86,0 x 86,0
Rapport volumétrique
12,5 : 1
Soupapes / Cylindres
4
Arbres(s) à cames
Deux doubles (calage variable échappement et admission)
Entraînement
Chaîne
Alimentation / Allumage
Gestion intégrale
Suralimentation
Sans (Atmosphérique)
Lubrification
Carter humide
Puissance maxi (ch) à (tr/mn)
200 à 7000
Couple maxi (Nm) à (tr/mn)
205 à 6400

Régime maxi (tr/mn)

7400
Vitesse maximum (km/h)
223
0-100 km/h annoncé
7”6
0-100 km/h mesuré
8”1
0-200 km/h annoncé
-
0-200 km/h mesuré
-
400m DA annoncé
-
400m DA mesuré
15”7
1000m DA annoncé
-
1000m DA mesuré
28”3
Consommation moyenne (l/100km)
6,9
CO2 (g/km)
181
Année de sortie
2012
Prix à sa sortie
29800 €
Puissance fiscale
12
Options principales
Boîte automatique
Peinture métallisée
Sellerie cuir / Alcantara

 VOUS AIMEREZ
AUSSI

Il n'existe aucune fiche collection de la même marque ...
SPORTIVES
D’OCCASION
209 900 €
Lamborghini Huracan LP 610-4
Mise en circulation : septembre 2015
479 900 €
Rolls Royce Cullinan
Mise en circulation : juillet 2020
529 900 €
Ferrari 812 GTS
Mise en circulation : avril 2022
245 000 €
Porsche 911 (997/2) GT3 RS
Mise en circulation : janvier 2011
254 900 €
Porsche 718 Cayman GT4 RS
Mise en circulation : décembre 2022
Prix sur demande
Lotus Elise S2
Mise en circulation : juillet 2003
lamborghini revuelto 2
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.