Rétro

Ferrari 308 GTB Quattrovalvole & 328 GTB : La même, mais différente

Les best-sellers de Ferrari dans les années 80, ce sont les 308 Quattrovalvole et 328. Mais derrière des carrosseries et des mécaniques quasiment identiques, que représentent aujourd’hui leurs différences ?
SOMMAIRE

« C’est la Ferrari de Magnum ? » Cette question, tout propriétaire de 308 ou de 328 l’entend inévitablement à chaque fois qu’il en prend le volant et elle en dit long sur le rôle fondamental que joue la télévision dans la culture automobile générale. Aux yeux de tout un chacun, une Aston Martin « DB » sera éternellement la voiture de James Bond, une Ford Mustang verte celle du Lieutenant Bullitt, et une Ferrari 308 rouge la monture de prédilection de Thomas Sullivan Magnum IV.

ferrari 308 328 enzo 0

Mais tout comme il y a eu plus d’une 308, Magnum n’a pas conduit qu’une seule Ferrari. Il a d’ailleurs failli ne pas en prendre le volant du tout : la production de la série voulait voir son héros rouler dans la récente Porsche 928, mais le constructeur allemand ayant refusé de réaliser une voiture sur mesure équipée d’un toit ouvrant pour caser le mètre quatre-vingt-treize de l’acteur Tom Selleck, la société se tourna vers la Ferrari 308 GTS au toit targa amovible. Nous reviendrons plus tard sur ce « problème de taille » pas si anodin.

L’histoire de la Ferrari 308

ferrari 308 328 enzo 4

Le tournage de la série Magnum s’est déroulé de 1980 à 1987 et pas moins d’une quinzaine de 308 différentes, fournies par Ferrari North America, sont passées entre les mains de l’acteur. Elles étaient généralement repeintes et revendues à la fin de chaque saison, évoluant ainsi de concert avec le catalogue du constructeur. Ainsi, après avoir utilisé une 308 GTS « originale » dans la première saison, Magnum est passé à la 308 GTSi au début de la deuxième, avant d’hériter d’une 308 Quattrovalvole pour les deux dernières.

Le sujet étant évacué, abandonnons les rivages ensoleillés d’Hawaï pour la plaine du Pô, et ­revenons à Maranello. Avant que la « QV » n’apparaisse en 1982, sept ans après que la 308 avait fait ses débuts, la carrière de celle-ci suivait une curieuse courbe descendante voyant chaque nouvelle version apporter du moins bien par rapport à la précédente.

L’excellente 308 GTB d’origine a d’abord perdu, après 703 exemplaires produits, sa très légère coque en fibre de verre (vetroresina), remplacée par une carrosserie en acier et aluminium, 150 kg plus lourde. Puis, c’est le carter sec de son V8 qui a disparu, avant que les normes de pollution n’obligent les GTBi/GTSi apparues fin 1980 à troquer leurs quatre carburateurs ­Weber 40DNCF contre une injection indirecte Bosch K-Jetronic. Résultat ? Née avec une puissance de 255 ch pour 1 090 kg (annoncés), la 308 attaquait les années 80 avec 214 ch et 1 286 kg, le rapport poids/puissance passant ainsi de 4,27 à 6,00 kg/ch. Et outre-Atlantique, le pauvre détective Magnum devait se contenter de seulement 202 ch sur les GTBi/GTSi « fédéralisées ».

Avant l’apparition de la QV, la 308 suivait une curieuse courbe descendante négative 

En 1982, Ferrari décidait de prendre enfin le taureau par les cornes (ou plutôt l’étalon par la bride) pour renverser la tendance : avec les nouvelles 308 GTB/GTS Quattrovalvole apparaissait une culasse à 4 soupapes par cylindre faisant remonter la puissance développée par le V8 à 240 ch (233 ch sur les voitures américaines, catalysées). C’était la seule modification fondamentale apportée au modèle (avec l’abandon des fragiles soupapes au sodium), mais elle allait permettre à la lignée des berlinettes Ferrari à moteur V8 central d’aller enfin de l’avant, sans jamais plus reculer.

Au volant de la 308 QV

ferrari 308 328 enzo 13

Se retrouver face à la dernière évolution de la 308 procure les mêmes joies contemplatives que devant la première : car si sa mécanique n’a eu de cesse d’évoluer, en bien ou en mal, sa carrosserie, dont le coup de crayon frôle la perfection, est restée quasiment inchangée au cours des dix années de sa production. Seul son masque avant s’est (légèrement) affirmé, suivant l’exemple de sa turbulente grande sœur, la GTO, avec un spoiler aérodynamique et une paire de feux additionnels. Pour identifier la QV à coup sûr, c’est le capot avant qu’il faut observer : c’est l’unique version à recevoir un couvercle percé de persiennes horizontales, reliant celles des ailes et améliorant l’extraction d’air du radiateur.

ferrari 308 328 enzo 1

En tombant dans les petits sièges de la QV, c’est à un voyage dans le temps que la Ferrari nous invite : déjà daté lors de sa présentation en 1975, en pleine explosion de l’ère du tout plastique, quel regard pouvait-on porter sur cet habitacle en 1982 ? Partout où l’œil se pose, des petits détails chromés scintillent. L’espace est confiné, et malgré la position très basse et inclinée du siège, mes cheveux en bataille frôlent le ciel de toit. Je rends pourtant dix centimètres à Tom Selleck : déposer le toit n’était pas une option pour le grand acteur américain (du moins, grand par la taille).

L’occasion de voir que le tissu hachuré qui le ­tapisse est de très belle facture et que les pare-­soleil ainsi que le très « design » plafonnier central sont parfaitement assemblés. On aime gloser sur la qualité des habitacles des Ferrari anciennes, mais celui de la 308 tord le cou à cette mauvaise réputation : si tout n’est certes pas parfaitement aligné, la finition est excellente. Regardez donc les coutures qui surpiquent le cuir appliqué au tunnel central et les très beaux basculeurs et tirettes qui peuplent celui-ci, éclairés par une veilleuse cachée dans le manche chromé du levier de frein à main : ce sens du ­détail force l’admiration.

ferrari 308 328 enzo 3

La planche de bord, tout aussi tendue de cuir noir, se prolonge en deux longs accoudoirs descendant sur les portières. Ils vous embrassent dans une ­accolade bienvenue face à la totale absence de maintien des sièges aux dossiers symboliques. Mais l’atmosphère n’est en rien claustrophobe, comme peut l’être l’habitacle d’une Lotus Esprit : la vue dégagée sur la route n’est perturbée que par le curieux trapèze du bloc compteurs, haut et étroit, où ces derniers semblent avoir été placés à la va-comme-je-te-pousse : placées sur le dessus, les jauges d’essence et de température d’huile sont masquées par la jante du petit volant, alors que la vue sur la pression d’huile, au centre, est la seule qui est parfaite. Pour consulter la température d’huile et l’heure, il faudra chercher les instruments placés, allez savoir pourquoi, derrière le ­levier de la transmission.

C’est un classique, il faut des jambes courtes et les bras longs pour conduire une Italienne de cette époque, et ne pas s’offusquer d’avoir les pieds décalés vers la droite. J’ai vu pire dans le genre, même si trouver une position acceptable demande quelques tâtonnements. De toute façon, l’inclinaison du volant vers l’avant vous demandera quelques mouvements des bras pas très catholiques dans les intersections et autres courbes serrées abordées trop vivement.

ferrari 308 328 enzo 14

Au rayon des lieux communs, un autre est à évacuer : avec son vilebrequin plat, le V8 dispense les harmoniques de deux 4 cylindres en ligne. Ne vous attendez donc pas à avoir la chair de poule en tournant la clé de contact, ni à vous retrouver à la Scala de Milan dans les tours. La sonorité, claire, est plaisante mais se montre sans musicalité particulière, même si elle se durcit agréablement passé 5 000 tr/min.

La QV s’élance avec souplesse et facilité. Le ­petit volant à la jante en cuir est délicieux à manier, tout comme le long levier de la boîte aux verrouillages très mécaniques (du moins, une fois que l’huile de celle-ci est montée en température, vous connaissez la chanson…). La première est décalée en bas à gauche, une disposition très sportive qui peut surprendre : avec un couple abondant et un 3e rapport assez court, on se retrouve essentiellement à jongler entre celui-ci et le 4e. Au moins, on profite du plaisir d’entendre le levier claquer contre la grille ­métallique : à lui seul, le maniement de celui-ci fait de la conduite de la 308 un enchantement.

ferrari 308 328 enzo 2

Souplement suspendue, confortable, relativement peu bruyante, la QV se dévoile plus comme une GT que les supersportives que sont devenues ses lointaines descendantes. C’est une autre surprise, alors on profite des accélérations solides qu’elle dispense et de la précision de son châssis pour enrouler les grandes courbes en progressant à un rythme coulé. La bousculer paraît presque vain : elle s’y plierait sans doute, à condition de se cracher un peu dans les mains, mais les limites du maintien de ses sièges seront atteintes bien avant celles de son adhérence.

Au tour de la 328

ferrari 308 328 enzo 12

Elle n’a beau être « que » une évolution, les quelques modifications esthétiques apportées à la carrosserie de la 328 lui donnent une apparence bien plus moderne. Ses grands boucliers, avec une large calandre à l’avant, donnent l’impression qu’elle est plus longue et plus large. Quant au traitement différent des persiennes qui transpercent ses ailes, et son aileron peint en noir placé au sommet de la vitre arrière (il est optionnel sur les 308 QV), ils achèvent de donner à la 328 un look plus années 80.

ferrari 308 328 enzo 7

Et ce n’est rien comparé au lifting radical qu’a connu l’habitacle : c’est simple, il n’y a rien en commun avec sa devancière, si ce n’est le volant, la tige du levier de boîte et le ciel de toit. Adieu les délicieuses commandes chromées, tout l’intérieur adopte le design très technologique des années 80, à base de plastiques noirs et d’inscriptions orange vif. Il y a un côté Robocop dans le nouveau dessin des contre-portes et de la console centrale aux molettes de climatisation ornées de graphismes multicolores, alors que les tirettes de la ventilation ont été remplacées par des boutons à impulsion accompagnés de jauges de LEDs oranges. Si le bloc compteur a toujours la même forme, l’instrumentation a été placée de façon plus réfléchie : désormais au centre, la température d’eau est parfaitement lisible, alors que les compteurs jadis placés sur le tunnel (ainsi que la jauge d’essence) ont migré au centre de la planche de bord.

ferrari 308 328 enzo 8

Malgré le gabarit commun de l’habitacle, l’impression d’être dans une nouvelle voiture est accentuée par les nouveaux sièges : ils sont plus larges, (un peu) plus enveloppants, mais aussi plus hauts. La planche de bord descend cependant plus bas, au détriment de l’espace pour les genoux, ce qui m’empêche de me rapprocher du volant comme je le voudrais.

Ce désagrément est vite oublié, car en passant de 3,0 l à 3,2 l, le V8 qui propulse la 328 a gagné 30 ch et surtout 45 Nm de couple. L’alésage et la course de ses cylindres ne sont pas les seules nouvelles données : le moteur reçoit de nouveaux pistons, arbres à cames et bougies, alors qu’un allumage électronique Digiplex fait son apparition et que la boîte de vitesses gagne des radiateurs d’huile agrandis.

La 328 m’apparaît immédiatement plus vivante, plus volontaire et plus facile encore

Si les fiches de performances des deux modèles affichent des chiffres curieusement semblables, le tempérament mécanique de la voiture a sensiblement évolué. Dès les premiers tours de roues, la 328 m’apparaît comme plus vivante, plus volontaire et plus facile encore. Et ce n’est pas seulement lié à une commande d’embrayage moins ferme : là où la 308 QV demande un temps d’adaptation pour pousser le rythme, la 328 s’offre immédiatement et entièrement. Elle est prête à faire corps avec vous, quand une QV est un peu plus distante, le couple supplémentaire de la 328 arrivant à la rescousse de la moindre hésitation, au bénéfice d’une souplesse et d’une élasticité accrues.

ferrari 308 328 enzo 6

Sur notre exemplaire, la commande de boîte ­demande plus de poigne pour verrouiller les rapports dans un claquement magistral, mais la manœuvre apparaît curieusement plus facile. À lui seul, ce levier définit la magie de conduire les voitures viscéralement mécaniques que sont les Ferrari anciennes. Comme sur la 308, la transmission tire curieusement court (la 3e monte à 150 km/h, à comparer aux 165 km/h d’une 911 Carrera contemporaine de seulement 231 ch) et passé la délectation initiale de ses accélérations, on se surprend à calmer le jeu pour se contenter de naviguer sur le rapport supérieur. Si elle apparaissait à son époque comme une redoutable avaleuse de virolos, la 328 GTB sait aujourd’hui également s’apprécier de façon très coulée.

Laquelle est la meilleure ?

ferrari 308 328 enzo 15

Que la 328 améliore de nombreux points de la 308 Quatrovalvole n’est pas une surprise, même si les premières évolutions de cette ­famille de Ferrari ont été décevantes. Mais ­aujourd’hui la question de savoir laquelle est la meilleure n’a aucune pertinence. D’usage identique, elles offrent suffisamment de subtiles nuances pour orienter naturellement votre choix en fonction de vos préférences.

Avec une atmosphère à bord délicieusement ­surannée et une conduite demandant plus d’implication, la 308 QV séduira à la fois ceux qui recherchent une authentique « ancienne » et ceux qui sont tombés amoureux du dessin originel de sa carrosserie, tout en profitant de tarifs beaucoup plus abordables que les premières ­vetroresina, désormais réservées aux collectionneurs. De son côté, la 328 est une enfant des ­années 80 : c’est une youngtimer offrant une ­expérience de conduite bien plus tactile qu’aucune autre sportive de son époque. Et si vous affubler d’une chemise à fleurs ou laisser pousser une moustache abondante n’est pas votre truc, cette dernière vous permettra d’éluder la grande question : non, Magnum n’a jamais conduit de 328. Et il ne sait pas ce qu’il rate…

Fiches techniques

308 GTB Quattrovalvole

ferrari 308 328 enzo 5

MOTEUR V8, 2 927 cm3, 2 x 2 ACT, 32 soupapes, injection monopoint Bosch K-Jetronic
PUISSANCE 240 ch à 7 000 tr/min 
COUPLE 260 Nm à 5 000 tr/min
TRANSMISSION Manuelle à 5 rapports, propulsion, autobloquant 
SUSPENSION Av et Ar : triangles superposés combinés ressorts-amortisseurs, barre antiroulis
FREINS Disques ventilés Av : 274 mm, Ar : 279 mm
PNEUS Av : 205/55 R16,
Ar : 225/50 R16
POIDS 1 275 kg 
RAPPORT POIDS/PUISSANCE 5,31 kg/ch
0-100 km/h 6”1
VITESSE MAXI 255 km/h (annoncée)
PRIX NEUF 322 100 francs (env. 100 000 euros actuels) 
COTE ACTUELLE 85 000 euros

328 GTB

ferrari 308 328 enzo 10

MOTEUR V8, 3 186 cm3, 2 x 2 ACT, 32 soupapes, injection multipoint Bosch K-Jetronic 
PUISSANCE 270 ch à 7 000 tr/min 
COUPLE 304 Nm à 5 500 tr/min 
TRANSMISSION Manuelle à 5 rapports, propulsion, autobloquant 
SUSPENSION Av et Ar : triangles superposés combinés ressorts-amortisseurs, barre antiroulis
FREINS Disques ventilés Av : 274 mm, Ar : 279 mm
PNEUS Av : 205/55 R16, Ar : 225/50 R16
POIDS 1 263 kg 
RAPPORT POIDS/PUISSANCE 4,67 kg/ch
0-100 km/h 6”4 (annoncé) 
VITESSE MAXI 263 km/h (annoncée) 
PRIX NEUF 440 000 francs (env. 112 000 euros actuels)
COTE ACTUELLE 100 000 euros

 

Ce sujet est paru dans le Hors Série ENZO Années 80.

Nos dernières occasions
209 900 €
Lamborghini Huracan LP 610-4
Mise en circulation : septembre 2015
479 900 €
Rolls Royce Cullinan
Mise en circulation : juillet 2020
245 000 €
Porsche 911 (997/2) GT3 RS
Mise en circulation : janvier 2011
254 900 €
Porsche 718 Cayman GT4 RS
Mise en circulation : décembre 2022
Prix sur demande
Lotus Elise S2
Mise en circulation : juillet 2003
359 900 €
Lamborghini Aventador S
Mise en circulation : janvier 2019
244 900 €
Porsche 911 (992) Carrera 4 GTS Cabriolet
Mise en circulation : juin 2023
249 900 €
Porsche 718 Cayman GT4 RS
Mise en circulation : septembre 2023
89 900 €
Chevrolet Corvette C2 Stingray
Mise en circulation : janvier 1964
199 900 €
Mercedes Classe G500 Cabriolet
Mise en circulation : avril 2011
224 900 €
Lamborghini Gallardo LP570-4 Spyder Performante
Mise en circulation : juillet 2015
67 900 €
Mercedes SL 63 AMG (R231)
Mise en circulation : janvier 2013
69 900 €
BMW 1M
Mise en circulation : octobre 2011
158 200 €
Porsche 911 (991) Carrera 4 GTS Cabriolet
Mise en circulation : avril 2015
31 900 €
Lotus Elise S1
Mise en circulation : avril 1999
310 000 €
Porsche 911 (993) 3.8 RS Touring
Mise en circulation : septembre 1995
124 900 €
McLaren MP4-12C
Mise en circulation : juillet 2012
339 900 €
Lamborghini Huracan EVO Spyder RWD
Mise en circulation : décembre 2022
189 900 €
Porsche 911 (991/2) GT3 Touring
Mise en circulation : janvier 2018
159 900 €
McLaren 570S Spider
Mise en circulation : juillet 2018
239 900 €
Porsche 911 (992) Carrera GTS
Mise en circulation : novembre 2022
244 900 €
Porsche 911 (991/2) GT3 RS
Mise en circulation : mai 2019
279 900 €
Lamborghini Diablo
Mise en circulation : septembre 1992
278 900 €
Lamborghinin Huracan EVO LP640-4
Mise en circulation : mai 2020
324 900 €
Lamborghini Huracan EVO Spyder
Mise en circulation : février 2020
139 900 €
Alpine A110 R
Mise en circulation : octobre 2023
184 900 €
Audi RS6-R ABT
Mise en circulation : mars 2024
294 900 €
Lamborghini Aventador LP700-4
Mise en circulation : septembre 2012
279 900 €
Porsche 911 (992) GT3 Touring BVM
Mise en circulation : avril 2022
287 900 €
Lamborghini Huracan EVO
Mise en circulation : octobre 2020
535 000 €
McLaren 765LT Spider
Mise en circulation : décembre 2021
239 900 €
McLaren 720S
Mise en circulation : septembre 2019
324 900 €
Aston Martin DBS Superleggera
Mise en circulation : février 2020
344 900 €
Lamborghini Huracan Performante Spyder
Mise en circulation : juillet 2018
179 900 €
Porsche 911 (991/1) GT3 RS
Mise en circulation : septembre 2016
299 900 €
McLaren 675LT Spider
Mise en circulation : mai 2016
159 900 €
Lancia Delta Integrale EVO II
Mise en circulation : octobre 1993
159 900 €
Mercedes AMG GTC Roadster
Mise en circulation : décembre 2017
329 900 €
Aston Martin DBS Superleggera Volante
Mise en circulation : mars 2020
534 900 €
Aston Martin V12 Vantage 2023
Mise en circulation : juillet 2023
Denis Meunier

Partager cet article

Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
SPORTIVES
D’OCCASION
529 900 €
Ferrari 812 GTS
Mise en circulation : avril 2022
115 900 €
Ferrari F430 Spider
Mise en circulation : novembre 2008
264 900 €
Ferrari Roma
Mise en circulation : mars 2021
409 900 €
Ferrari 296 GTS
Mise en circulation : mai 2023
339 900 €
Ferrari F8 Tributo
Mise en circulation : décembre 2020
449 900 €
Ferrari 488 Pista
Mise en circulation : février 2019
348 900 €
Ferrari 296 GTB
Mise en circulation : février 2023
224 900 €
Ferrari F12berlinetta
Mise en circulation : juin 2026
359 900 €
Ferrari 296 GTB
Mise en circulation : avril 2023
614 900 €
Ferrari SF90 Spider
Mise en circulation : avril 2023
359 900 €
Ferrari 812 Superfast
Mise en circulation : avril 2021
364 900 €
Ferrari F8 Tributo Spider
Mise en circulation : août 2021
1 690 000 €
Ferrari 599 SA Aperta
Mise en circulation : juin 2011
232 900 €
Ferrari F12berlinetta
Mise en circulation : mars 2015
217 900 €
Ferrari 458 Italia
Mise en circulation : novembre 2011
249 900 €
Ferrari Portofino
Mise en circulation : mars 2019
384 900 €
Ferrari F8 Spider
Mise en circulation : août 2020
399 900 €
Ferrari 458 Speciale
Mise en circulation : janvier 2014
379 900 €
Ferrari 812 Superfast
Mise en circulation : avril 2018
444 900 €
Ferrari 296 GTS
Mise en circulation : juin 2023
659 900 €
Ferrari 488 Pista Spider
Mise en circulation : décembre 2020
logo enzo 500x280 1.png
NE MANQUEZ PAS LE PROCHAIN NUMÉRO
 VOUS AIMEREZ
AUSSI
cadillac lyriq pairs next generation battery technology with a bold design statement which introduces a new face, proportion and presence for the brand’s new generation of evs. images display show car, not for sale. some features shown may not be available on actual production model.
Non communiqué
BY CARFANS
Cadillac s’attaque une nouvelle fois au marché européen. Cette fois sera-t-elle enfin la bonne grâce à ses modèles électriques haut de gamme ? La marque sera chez nous d’ici la fin de l’année. Mais sans versions sportives intéressantes, hélas.
max verstappen drone
Non communiqué
BY CARFANS
Red Bull a conçu un engin capable d'aller plus vite que son pilote vedette Max Verstappen. Non, ce n'est pas avec Sergio Perez aux commandes mais Shaggy, aka Ralph Hogenbirk.
bugatti
Non communiqué
BY CARFANS
Marque :Bugatti
Les bruits de couloir ne mentaient pas : Bugatti va bien lancer une nouvelle supercar équipée d'un V16 atmosphérique à la sonorité très impressionnante. Et la marque nous le montre !
bahrein gp affiche
Non communiqué
BY CARFANS
Les bookmakers ont déjà leur idée mais, selon vous, qui va remporter ce premier Grand Prix de Bahrein ?
hyundai wrc 2024b
Non communiqué
BY CARFANS
Le Conseil Mondial du Sport Automobile de la FIA a voté de très grosses évolutions pour le championnat du monde des rallyes 2025. Les voici en détail.