couv 115
Comparatif

UN ESSAI SIGNÉ MOTORSPORT

Match Lamborghini Urus VS Jeep Trackhawk : 50 nuances de gras

Yannick Parot
le
Il faut faire preuve d’un certain niveau de masochisme pour organiser un match de SUV dans Motorsport et, pire, le faire sur notre piste de référence. Reste que drifter dans une Jeep de 707 ch et claquer des temps de GT dans une Lambo obèse s’apparentent moins à des châtiments qu’à des plaisirs coupables. Retour sur ce combat poids lourds organisé au printemps 2020.
SOMMAIRE

jeep cherokee trackhawk / lamborghini urus

Le pied gauche qui s’attarde sur le frein à l’entrée de l’épingle fait brutalement apparaître la piste dans la vitre latérale à la sortie. Quelques secondes plus tard, le “pif” en bout de ligne droite passe en glisse, le “paf” en travers. Le vaisseau amiral de Jeep prend de la gîte comme un monocoque pris dans la tempête. Je tiens bon la barre ! Le front luit, le palpitant cogne dans la poitrine. Les mêmes causes produisent les mêmes effets dans le double droit avant qu’un excès de générosité, cette fois sur la pédale de droite, ne déclenche la énième figure libre d’un pachyderme virevoltant digne d’une scène de Fantasia. Ne manque que la pluie… La voici ! Premier virage en travers, deuxième virage em…bourbé. L’occasion de découvrir des zones inexplorées de la piste Club de Magny-Cours et sa verdure. Je n’avais pas autant tricoté au volant depuis l’Alpine A110 (la Première Édition, pas la S !) ! En décrottant les baskets de 295 mm de large sur un raccordement du circuit, j’hésite entre incrédulité, gène, fou rire et envie masochiste de continuer la bagarre…

Monster truck des villes

jeep cherokee trackhawk / lamborghini urus

Greffer un V8 suralimenté de 707 ch dans un Grand Cherokee sobrement baptisé “Faucon de piste”, c’est élever l’inutilité qui colle à la peau des SUV au rang d’art majeur. L’anachronique Trackhawk est un monster truck des villes, la caricature du show made in USA : sensationnel, bruyant et brutal. La caricature, aussi, d’une tendance de la part des constructeurs américains à mettre les chevaux avant les pneus. Un tel monstre chaussé en Pirelli runflat toutes saisons, c’est comme un sumo sur des patins à glace : drôle mais rocambolesque.
L’Urus se contente de 650 ch, le petit joueur, mais les exploite à l’aide de vrais pots de colle. J’ai nommé des P Zero Corsa encore plus monstrueusement dimensionnés : 22 pouces de diamètre et 325 de large sur notre modèle d’essai ! Ceci n’est qu’une arme parmi d’autres de l’arsenal de guerre déployé par le taureau d’Émilie-Romagne pour prendre l’aspi d’une GT sur circuit, faire honneur à son pedigree et faire taire les mauvaises langues. Chez Jeep, on ne manque pas de bonne volonté. Chez Lamborghini, on manque encore moins de savoir-faire. Résultat : un écart de 6”2 sur les 2,5 km de la piste Club, soit presque autant qu’entre une Ferrari 488 Pista et une Toyota GR Supra

Un tel monstre chaussé en Pirelli runflat toutes saisons, c’est comme un sumo sur des patins à glace : drôle mais rocambolesque.

N’oublions pas que l’arbre généalogique du Trackhawk n’est peuplé que de légendes du tout-terrain dont une héroïne du débarquement, tandis que dans celui de l’Urus figurent la Miura, la Countach… et des tracteurs (facile !). Que l’on cautionne ou pas son existence, le deuxième 4×4 de l’histoire de Lamborghini (32 ans après l’inénarrable LM002) est objectivement plus proche d’une super GT que d’un engin agricole. C’est ce qui ressort de ce supertest 100 % piste. Pas de route ou presque ni de dissertation sur la polyvalence en ville et hors des sentiers battus : le match n’a d’autre but que de prendre ces deux poids lourds prétentieux à leur propre jeu, chrono en main.

Défier les lois de la physique

jeep cherokee trackhawk / lamborghini urus

L’Urus est gigantesque. Il est plus long qu’une BMW Série 7, aussi large qu’une Aventador, son empattement dépasse les trois mètres et son poids mesuré chez W-Autosport atteint 2 286 kg, contre 2 197 annoncés. Le voici pourtant défiant une à une les lois de la physique sur ce tracé hostile. Les virages serrés de la piste Club ne viennent pas à bout d’un train avant précis, robuste et réactif. La direction directe (2,3 tours de butée à butée) renforce le sentiment de mordant inespéré au volant d’un tel engin. Cette prouesse tient dans un châssis très élaboré (multibras tout alu à l’avant), une coque ultra-rigide, un méchant grip pneumatique, des barres antiroulis actives, des roues arrière directrices et une transmission intégrale privilégiant la propulsion, le tout savamment orchestré par ce qui se fait de mieux ou presque en matière d’électronique embarquée. La force de frappe technologique du groupe Volkswagen nous saute plus que jamais au visage. Ne minimisons pas non plus les ajustements réalisés par Lamborghini pour exploiter à sa façon le potentiel d’une plate-forme et d’une mécanique partagées avec les cousins de chez Audi, Porsche ou Bentley.

La maîtrise du roulis est à ce point prodigieuse qu’elle devient presque un handicap lorsqu’il s’agit d’entrevoir les limites et utiliser les transferts de masse. De même, si en pratique 87 % du couple peuvent être transmis au postérieur, l’efficacité du différentiel vectoriel arrière et de la transmission dans son ensemble limitent considérablement, tout du moins sur le sec, l’exercice du contre-braquage. Oubliez les pitreries de son rival américain. L’Urus, lui, est certes capable d’enrouler finement les obstacles mais n’est pas là pour amuser la galerie. Sur ce tracé sinueux à souhait, il ne rend que trois petits dixièmes à la diabolique Alpine A110S Phase 1, fait jeu égal avec une Alfa Giulia Quadrifoglio et pointe à une seconde seulement de l’actuelle BMW M5 F90 !

Rock’n roll

jeep cherokee trackhawk / lamborghini urus

Le faucon obèse de Jeep se place quant à lui non sans mal entre une Clio 4 R.S. et une Opel Corsa OPC. Le constructeur américain semblait pourtant avoir bien fait les choses : trains roulants et transmission renforcés, suspension pilotée signée Bilstein, gros freins Brembo et différentiel arrière piloté. L’effort est louable mais manifestement insuffisant. La direction trop démultipliée (3,2 tours de butée à butée) commande un train avant plutôt volontaire, seulement la prise de roulis caricaturale, les pneus dépassés et le châssis quelque peu désaccordé rendent la chasse aux dixièmes rock’n’roll. Le bestiau monté sur des échasses accuse 2 480 kg sur notre balance et présente la fâcheuse tendance, comme nous l’évoquions plus haut, de survirer sur les freins mais aussi, c’est plus naturel, à l’accel’. La transmission du Grand Cherokee repose sur un différentiel arrière actif et un embrayage “central” (boîte de transfert) piloté, renvoyant plus ou moins la montagne de couple à l’essieu avant. En mode Track (le plus sportif), la répartition initiale avant/arrière est de 30/70 %. Bien souvent, l’impression de piloter une pure propulsion domine. Un coup de gaz suffit pour faire demi-tour façon Corvette et jamais je n’aurais pensé être rappelé à l’ordre par l’ami Arnaud, le chef de piste, pour drift abusif au volant d’un SUV lourd comme deux Alpine et leurs passagers.

Deux salles, deux ambiances

jeep cherokee trackhawk / lamborghini urus

Les photos de maître Parot parlent d’elles-mêmes. Ne vous manque, cher lecteur, que le son pour prendre l’entière mesure de la théâtralité du Trackhawk. Son V8 6,2 litres partagé avec la Dodge Challenger Hellcat est un bon gros bloc à l’américaine doté de 2 soupapes par cylindre et gavé par un énorme compresseur soufflant 2,4 litres d’air pressurisés à 0,8 bar par révolution. Le joyau technologique qui bout sous le capot de l’Urus est moins démonstratif, musicalement parlant, mais autrement plus efficace : 163 ch/litre contre 115 pour son homologue américain ! Le gros cube de Jeep garde malgré tout un avantage de 57 ch qui compense tout juste un handicap de 200 kg. Les deux catapultes géantes affichent ainsi le même rapport poids/puissance et, fait amusant, la même boîte automatique ZF à 8 rapports. Enfin presque. Le Cherokee dispose d’un pont plus court lui permettant d’atteindre sa vitesse maxi sur le dernier rapport. Le monde à l’envers !

Une drag race épique se prépare dans le Bourbonnais. Launch control activés, pied droit au plancher. La voix caverneuse du Jeep couvre celle de l’Urus. Si les Ricains ne sont pas réputés pour être des as du tour de qualif, n’oublions pas qu’ils ont inventé les dragsters. Prouvant qu’un bon sang ne saurait mentir, le Trackhawk prend le meilleur départ, fléchi sur ses pattes arrière comme un lion à la chasse. Plus léger et mieux profilé, son rival reprend vite le dessus mais ne creuse pas l’écart que nous avions imaginé. Avec un 0 à 100 km/h en 3”5 et un mille mètres départ arrêté en 21”1, le SUV Lamborghini taxe ainsi une 991 Phase 2 4S en ligne droite ! Au bout de celle, immense, de Lurcy-Lévis, l’Urus déboule à 251 km/h, le Grand Cherokee à 243. Le premier peut compter sur les plus gros freins de la planète automobile : des galettes en carbone-céramique de 440 mm de diamètres à l’avant pincés par des étriers géants à 10 pistons ! Le deuxième se contente d’un dispositif en acier suffisamment bien dimensionné pour ne pas chercher le parachute de secours. Ouf !

jeep cherokee trackhawk / lamborghini urus

En conclusion

Lamborghini réécrit les lois de la physique et propose bel et bien un SUV taille XL capable de rivaliser avec des GT pure race en ligne droite comme sur circuit. Dans ce domaine, l’Urus humilie le Jeep Trackhawk dont l’extravagance vire au gag, pour le pire… et le meilleur. Car si le monstre italien impressionne par son efficacité et sa rigueur, il n’apporte rien de plus d’un point de vue sportif que n’importe quelle voiture de sport “légère” deux fois moins chère. Le Cherokee, quant à lui, a le mérite d’offrir à son dompteur une expérience extrême et sans égale. Ce délire si politiquement incorrect n’est malheureusement plus en vente libre sur nos terres. Je n’éprouve aucune attirance pour les SUV, mais j’ai envie de dire dommage…

Partager la fiche

Nos dernières occasions
479 900 €
Rolls Royce Cullinan
Mise en circulation : juillet 2020
529 900 €
Ferrari 812 GTS
Mise en circulation : avril 2022
245 000 €
Porsche 911 (997/2) GT3 RS
Mise en circulation : janvier 2011
254 900 €
Porsche 718 Cayman GT4 RS
Mise en circulation : décembre 2022
Prix sur demande
Lotus Elise S2
Mise en circulation : juillet 2003
244 900 €
Porsche 911 (992) Carrera 4 GTS Cabriolet
Mise en circulation : juin 2023
249 900 €
Porsche 718 Cayman GT4 RS
Mise en circulation : septembre 2023
115 900 €
Ferrari F430 Spider
Mise en circulation : novembre 2008
89 900 €
Chevrolet Corvette C2 Stingray
Mise en circulation : janvier 1964
199 900 €
Mercedes Classe G500 Cabriolet
Mise en circulation : avril 2011
67 900 €
Mercedes SL 63 AMG (R231)
Mise en circulation : janvier 2013
264 900 €
Ferrari Roma
Mise en circulation : mars 2021
69 900 €
BMW 1M
Mise en circulation : octobre 2011
158 200 €
Porsche 911 (991) Carrera 4 GTS Cabriolet
Mise en circulation : avril 2015
31 900 €
Lotus Elise S1
Mise en circulation : avril 1999
310 000 €
Porsche 911 (993) 3.8 RS Touring
Mise en circulation : septembre 1995
124 900 €
McLaren MP4-12C
Mise en circulation : juillet 2012
409 900 €
Ferrari 296 GTS
Mise en circulation : mai 2023
339 900 €
Ferrari F8 Tributo
Mise en circulation : décembre 2020
449 900 €
Ferrari 488 Pista
Mise en circulation : février 2019
189 900 €
Porsche 911 (991/2) GT3 Touring
Mise en circulation : janvier 2018
348 900 €
Ferrari 296 GTB
Mise en circulation : février 2023
159 900 €
McLaren 570S Spider
Mise en circulation : juillet 2018
239 900 €
Porsche 911 (992) Carrera GTS
Mise en circulation : novembre 2022
244 900 €
Porsche 911 (991/2) GT3 RS
Mise en circulation : mai 2019
224 900 €
Ferrari F12berlinetta
Mise en circulation : juin 2026
359 900 €
Ferrari 296 GTB
Mise en circulation : avril 2023
614 900 €
Ferrari SF90 Spider
Mise en circulation : avril 2023
359 900 €
Ferrari 812 Superfast
Mise en circulation : avril 2021
139 900 €
Alpine A110 R
Mise en circulation : octobre 2023
184 900 €
Audi RS6-R ABT
Mise en circulation : mars 2024
364 900 €
Ferrari F8 Tributo Spider
Mise en circulation : août 2021
1 690 000 €
Ferrari 599 SA Aperta
Mise en circulation : juin 2011
279 900 €
Porsche 911 (992) GT3 Touring BVM
Mise en circulation : avril 2022
232 900 €
Ferrari F12berlinetta
Mise en circulation : mars 2015
217 900 €
Ferrari 458 Italia
Mise en circulation : novembre 2011
249 900 €
Ferrari Portofino
Mise en circulation : mars 2019
535 000 €
McLaren 765LT Spider
Mise en circulation : décembre 2021
239 900 €
McLaren 720S
Mise en circulation : septembre 2019
324 900 €
Aston Martin DBS Superleggera
Mise en circulation : février 2020
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
SPORTIVES
D’OCCASION
209 900 €
Lamborghini Huracan LP 610-4
Mise en circulation : septembre 2015
359 900 €
Lamborghini Aventador S
Mise en circulation : janvier 2019
224 900 €
Lamborghini Gallardo LP570-4 Spyder Performante
Mise en circulation : juillet 2015
339 900 €
Lamborghini Huracan EVO Spyder RWD
Mise en circulation : décembre 2022
279 900 €
Lamborghini Diablo
Mise en circulation : septembre 1992
278 900 €
Lamborghinin Huracan EVO LP640-4
Mise en circulation : mai 2020
324 900 €
Lamborghini Huracan EVO Spyder
Mise en circulation : février 2020
294 900 €
Lamborghini Aventador LP700-4
Mise en circulation : septembre 2012
287 900 €
Lamborghini Huracan EVO
Mise en circulation : octobre 2020
344 900 €
Lamborghini Huracan Performante Spyder
Mise en circulation : juillet 2018
motorsport blanc
NE MANQUEZ PAS LE PROCHAIN NUMÉRO
 VOUS AIMEREZ
AUSSI
lamborghini revuelto 2
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.