Essai

UN ESSAI SIGNÉ EVO

Peugeot 508 PSE : Le Lion en cage

Tibo
le
Clairement au format des sportives de demain, la nouvelle Peugeot 508 PSE est-elle capable de vous donner du frisson ?
SOMMAIRE

Sachant que le blason PSE enterre le badge GTi dont les dernières porteuses avaient permis de redorer le blason des sportives du Lion, Peugeot nous signifie ainsi qu’ils entrent dans une nouvelle ère de la sportivité et qu’il nous faut faire du passé table rase. Ils appellent ça la Néo-Performance…

Les affres du modernisme

peugeot 508pse testdrive 0121tc033 copie

Et effectivement, la technologie déployée sur la 508 PSE n’a rien d’équivalent dans l’histoire des sportives routières de la firme, ni même sur le marché actuel où la seule référence prise par les développeurs de Peugeot fut la rare Volvo S60 Polestar Engineered (405 ch et 69 100 euros)… Par contre, malgré l’aspect nouveauté, il est également évident que les concepteurs n’ont pas eu de chèque en blanc pour concevoir cette version dite sportive. En partant d’une base de 508 HYBRID 225, ils ont pioché un peu partout dans la banque d’organes PSA pour optimiser l’auto mais n’ont pas pu repenser un engin qui semble être arrivé au plan Produits assez tardivement (l’auto n’a commencé son développement qu’après la présentation du concept il y a à peine deux ans et demi). Pour élargir les voies, ils ont repris des triangles de DS7, les supports élastomère de suspensions proviennent de la 308 GTi, tout comme le système de freins (disques 380 mm sur bol alu et étriers 4 pistons) tandis que les batteries ne sont en rien optimisées pour l’exercice spécifique d’une variante sportive. Ce choix a évidemment des limites.

Par exemple, lorsque l’on demande pourquoi l’auto ne dispose pas d’un mode ESP Off, la réponse est surprenante. La législation imposerait qu’un bouton dédié permettant de le réactiver soit accessible en un clic à portée de main mais comme ce bouton n’existe pas sur la 508 HYBRID, impossible de tout modifier pour l’intégrer sur la PSE. Pour la boîte automatique 8 rapports ne disposant pas de mode Manuel, il semble là aussi que ce soit un souci de norme de consommation et d’émissions de CO2 à respecter qui ait rendu incontournable un fonctionnement automatisé. Pareil pour le fonctionnement des assistances de sécurité, actives par défaut à chaque démarrage. Là aussi impossible de modifier la stratégie de fonctionnement sauf à devoir repasser un test Euro NCap, par conséquent, chaque fois que vous coupez le contact, les aides au maintien dans la voie et les alertes actives de franchissement de ligne et de bas-côtés se réactivent. Ce qui n’est pas le cas en général sur des autos à vocation sportive !

peugeot 508pse testdrive 0121tc092 copie

Pour la petite histoire, étant donné que j’avais déconnecté tout ce barda sécuritaire avant de partir mais que j’ai coupé le moteur deux minutes avant de sortir du circuit, je me suis coltiné une direction épouvantable durant plus de 100 km sans comprendre pour quelle raison des retours de force intempestifs rendaient la conduite si stressante et si imprécise sur les petites routes bosselées des belles Alpes mancelles. Impossible de prendre une trajectoire sans que le volant se durcisse avant de relâcher son effort l’instant suivant. Je vous laisse imaginer mon désarroi… et celui de l’ingénieur responsable du programme 508 PSE lorsque je lui ai décrit le problème avant de nous rendre compte de la raison ! Mais comment peut-on qualifier “d’aides à la conduite” ce genre d’assistances stupides rendues obligatoire par des organismes privés tels qu’Euro NCap ? C’est plus dangereux que rassurant à mon sens. Bref, parenthèse refermée.

Néo-Performance

peugeot 508pse testdrive 0121tc087 copie

La 508 PSE cache donc trois moteurs (un de plus que la 225) fournissant au total un maximum de 360 ch et 520 Nm de couple. Le 4 cylindres 1,6 litre turbo fournit 200 ch à 6 000 tr/mn, le moteur électrique avant de 110 ch est situé avant la transmission automatique (contrairement à celui du prototype 308 R Hybrid), et on trouve à l’arrière un dernier moteur électrique de 113 ch, ce qui fait de la 508 PSE une traction intégrale mais sans lien mécanique entre moteur et essieu arrière, tout étant géré par électronique. Contrairement à une Cupra, une gestion du couple sur les premiers rapports cherche à privilégier la motricité, cela évite les débordements mais cela enlève aussi l’effet waouh généralement ressenti lorsqu’une aide électrique vient booster les démarrages. Et comme le bébé pèse tout de même 1 850 kg (+ 25 kg pour la SW), les 360 ch ne défrisent guère au lancement. De plus, le régime maxi ne grimpant pas au-delà de 6 200 tr/mn et la sonorité étant également quelconque, difficile de s’extasier sur ce moteur que la boîte automatique léthargique ne contribue pas à magnifier. Les palettes ne servent vraiment pas à grand-chose, l’automatisme reprend toujours le dessus en étant souvent à contre-courant. Reste que cela marche correctement, on est vite au-delà des limites de vitesse mais les engins de 360 ch que j’ai en tête semblent dans mon souvenir beaucoup plus nerveux et vigoureux. Le 0 à 100 km/h est abattu en 5’’2 et le 1 000 m DA en 24’’5, c’est nettement moins bien qu’une ancienne Audi S4 Avant de 354 ch ou qu’une BMW M340i xDrive de 374 ch. Et la linéarité des prises de vitesse n’aide pas non plus.

Peugeot l’avoue avant même que l’on s’élance : elle n’a rien à faire sur un circuit

Cinq modes de conduite sont proposés (Electric, Confort, Hybrid, 4WD et Sport) et sur une hybride, leur fonctionnement change beaucoup de choses. Pour commencer, on regrettera qu’il n’existe pas de mode “Individual” permettant de se concocter sa propre configuration. Impossible donc de marier une suspension “Confort” avec des paramètres direction, moteurs et boîte “Sport” par exemple. Précisons aussi que les performances énoncées sont accessibles dans le mode Sport et avec les batteries suffisamment chargées. Sur ce point, les ingénieurs de Peugeot Sport ont choisi une stratégie inédite en matière de gestion des batteries. En effet, il arrive souvent qu’une fois les “piles” déchargées, votre hybride ne fonctionne plus que sur la puissance du moteur thermique. Avouez que lorsqu’on a payé pour 360 ch, devoir rouler avec seulement 200 ch peut énerver. Conscients de cela, le mode Sport est conçu pour conserver suffisamment d’énergie électrique pour garantir la pleine puissance le plus longtemps possible. Cela signifie qu’à partir d’un certain seuil, le moteur thermique recharge en permanence les batteries en roulant. Résultat, après 150 km de routes parcourues à gros rythme, je n’ai jamais perdu l’apport électrique, et donc subi aucune frustration de ce côté-là. Même si la recharge est relativement rapide, ceux qui auront vidé les batteries en roulant la totalité des 42 km d’autonomie en électrique ne pourront s’en prendre qu’à eux-mêmes. Toutefois, cette stratégie de maintien de la performance a un prix : en effet, le 1,6 litre faisant double emploi, vous risquez d’être surpris par la consommation au bout du voyage. Mais que voulez-vous, ce n’est pas Peugeot qui a inventé le malus qui est en train de tuer toutes les sportives mécaniquement pertinentes. Quand la réglementation est stupide, les autos s’adaptent. Donc nous l’avons vu, le couple moteur/boîte sera loin de ravir l’amateur de conduite sportive. Par bonheur, les metteurs au point de Peugeot Sport sont toujours aussi doués. La suspension pilotée et l’équilibre de l’auto sont finement calibrés tandis que le confort est toujours présent malgré des jantes de 20 pouces à pneus taille basse. Hormis la direction un brin distante (n’oubliez pas de désactiver les assistances), les placements en courbe se font sans hésitation, elle sait se caler fermement et sereinement en appui grâce à ses Michelin PS 4S et parfois accepte de remuer légèrement la poupe sous l’effet d’un train directeur particulièrement accrocheur. Sa vivacité à l’inscription est le résultat d’un gros travail sur la géométrie et la suspension car Peugeot Sport n’agit pas sur les freins pour faire tourner ses autos, ce qui est heureux car la sensation de freinage manque de franchise et l’on se demande si l’endurance sera au rendez-vous.

Au volant

peugeot 508pse testdrive 0121tc234 copieUne session prévue sur le circuit Bugatti du Mans doit m’éclairer sur le sujet. Toutefois, le fait que l’organisation ait choisi de nous octroyer seulement deux tours du circuit, qui plus est truffé de “slow zones” à 50 ou 60 km/h (quatre des neuf virages au ralenti), me fait penser que la belle 508 PSE ne tiendra pas la cadence. Finalement, c’est Peugeot qui l’avoue avant même que l’on s’élance en nous expliquant « qu’elle est plus une GT qu’une pistarde » et « qu’elle n’a rien à faire sur circuit ». Il semble en effet qu’un système de freinage de 308 GTi pesant 1 200 kg, aussi efficace soit-il, peine très vite à ralentir les 1 850 kg de la 508. Au final, ces deux demi-tours de circuit éclairent sur plusieurs points. Non, les freins ne tiennent pas. Oui, la 508 est joliment équilibrée et accepte de déhancher assez progressivement sur les freins. Oui, la calibration de l’ESP non déconnectable est réussie car elle ne coupe pas brutalement la progression. Non, le couple moteur/boîte n’est jamais dans le bon tempo en conduite sportive. Et non, elle n’enroule pas à l’accélération et reste typée traction.

Par bonheur, les metteurs au point de Peugeot Sport sont toujours aussi doués

Le surpoids est un paramètre qui peut expliquer bien des choses (ESP non déconnectable, freinage trop juste, performances faiblardes). Peugeot Sport n’ayant jamais eu à gérer une telle masse dans son histoire, on peut imaginer que, faute de budget pour développer une auto dès le départ capable de gérer l’inertie engendrée par son poids, ils n’avaient pas les moyens de faire autrement. À 67 100 euros (+ 1 300 euros SW) et dépourvue de malus, elle reste quand même une belle alternative aux BMW et Mercedes hybrides moins puissantes et moins chères mais nettement moins bien équipées. Et si une M340i xDrive à 66 850 euros plus enthousiasmante peut sembler plus intéressante, sachez qu’il faudra tout de même ajouter 3 550 euros de malus (et pas mal d’options) pour profiter d’un habitacle et d’un style aussi valorisants.

peugeot 508pse testdrive 0121tc262 copie

En conclusion

Bref, difficile d’accuser Peugeot quand les griefs portés à l’encontre de sa 508 PSE proviennent essentiellement d’un cadre réglementaire stupide et d’une insuffisance de budget de développement pour tout mener de front (sportivité et hybridation tout en restant dans un cadre économique étroit). La performance fut de sortir rapidement une auto supportant la taxation mortifère pour les sportives et, rien que ça, c’est déjà louable. On peut même dire que l’on s’approche plus de la notion de sport ici que chez Cupra grâce au savoir-faire des ingénieurs Peugeot Sport en matière de liaisons au sol. Ce que l’on peut toutefois regretter, c’est l’approche commerciale et esthétique un peu trop portée sur le “sportif” qui induit en erreur sur le positionnement. Cette 508 PSE est simplement une belle et bonne GT premium moderne et, à ce titre, elle pourrait se passer du décorum à base d’ailettes, d’ouïes, de spats et de diffuseur (mais conserver ses baquets à l’assise très confortable). Donc la question qui est posée est simple : si la PSE se veut un équivalent des anciennes GTi plus dynamiques que vraies sportives, Peugeot osera-t-il un jour sortir (et la réglementation le permettra-t-elle ?) un équivalent moderne des GTi by PS, soit une vraie 508 trépidante, libérée et frissonnante. Car, très clairement, ce n’est pas encore le cas aujourd’hui même si son look le laissait faussement penser.

Partager la fiche

Nos dernières occasions
209 900 €
Lamborghini Huracan LP 610-4
Mise en circulation : septembre 2015
479 900 €
Rolls Royce Cullinan
Mise en circulation : juillet 2020
529 900 €
Ferrari 812 GTS
Mise en circulation : avril 2022
245 000 €
Porsche 911 (997/2) GT3 RS
Mise en circulation : janvier 2011
254 900 €
Porsche 718 Cayman GT4 RS
Mise en circulation : décembre 2022
Prix sur demande
Lotus Elise S2
Mise en circulation : juillet 2003
359 900 €
Lamborghini Aventador S
Mise en circulation : janvier 2019
244 900 €
Porsche 911 (992) Carrera 4 GTS Cabriolet
Mise en circulation : juin 2023
249 900 €
Porsche 718 Cayman GT4 RS
Mise en circulation : septembre 2023
115 900 €
Ferrari F430 Spider
Mise en circulation : novembre 2008
89 900 €
Chevrolet Corvette C2 Stingray
Mise en circulation : janvier 1964
199 900 €
Mercedes Classe G500 Cabriolet
Mise en circulation : avril 2011
224 900 €
Lamborghini Gallardo LP570-4 Spyder Performante
Mise en circulation : juillet 2015
67 900 €
Mercedes SL 63 AMG (R231)
Mise en circulation : janvier 2013
264 900 €
Ferrari Roma
Mise en circulation : mars 2021
69 900 €
BMW 1M
Mise en circulation : octobre 2011
158 200 €
Porsche 911 (991) Carrera 4 GTS Cabriolet
Mise en circulation : avril 2015
31 900 €
Lotus Elise S1
Mise en circulation : avril 1999
310 000 €
Porsche 911 (993) 3.8 RS Touring
Mise en circulation : septembre 1995
124 900 €
McLaren MP4-12C
Mise en circulation : juillet 2012
409 900 €
Ferrari 296 GTS
Mise en circulation : mai 2023
339 900 €
Ferrari F8 Tributo
Mise en circulation : décembre 2020
449 900 €
Ferrari 488 Pista
Mise en circulation : février 2019
339 900 €
Lamborghini Huracan EVO Spyder RWD
Mise en circulation : décembre 2022
189 900 €
Porsche 911 (991/2) GT3 Touring
Mise en circulation : janvier 2018
348 900 €
Ferrari 296 GTB
Mise en circulation : février 2023
159 900 €
McLaren 570S Spider
Mise en circulation : juillet 2018
239 900 €
Porsche 911 (992) Carrera GTS
Mise en circulation : novembre 2022
244 900 €
Porsche 911 (991/2) GT3 RS
Mise en circulation : mai 2019
279 900 €
Lamborghini Diablo
Mise en circulation : septembre 1992
224 900 €
Ferrari F12berlinetta
Mise en circulation : juin 2026
359 900 €
Ferrari 296 GTB
Mise en circulation : avril 2023
278 900 €
Lamborghinin Huracan EVO LP640-4
Mise en circulation : mai 2020
614 900 €
Ferrari SF90 Spider
Mise en circulation : avril 2023
359 900 €
Ferrari 812 Superfast
Mise en circulation : avril 2021
324 900 €
Lamborghini Huracan EVO Spyder
Mise en circulation : février 2020
139 900 €
Alpine A110 R
Mise en circulation : octobre 2023
184 900 €
Audi RS6-R ABT
Mise en circulation : février 2024
364 900 €
Ferrari F8 Tributo Spider
Mise en circulation : août 2021
294 900 €
Lamborghini Aventador LP700-4
Mise en circulation : septembre 2012
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
LE VERDICT
Habitacle et style valorisant
Pas de malus
Châssis réussi
Lourde, freins trop légers
Moteur et boîte pas sportifs
ESP non déconnectable
NOTRE AVIS
3.5/5
SPORTIVES
D’OCCASION
209 900 €
Lamborghini Huracan LP 610-4
Mise en circulation : septembre 2015
479 900 €
Rolls Royce Cullinan
Mise en circulation : juillet 2020
529 900 €
Ferrari 812 GTS
Mise en circulation : avril 2022
245 000 €
Porsche 911 (997/2) GT3 RS
Mise en circulation : janvier 2011
254 900 €
Porsche 718 Cayman GT4 RS
Mise en circulation : décembre 2022
Prix sur demande
Lotus Elise S2
Mise en circulation : juillet 2003
 FICHE
TECHNIQUE
Moteur
4 en ligne
Cylindrée (cm3)
1598
Disposition
avant
transversale
Suralimentation
Turbo
Hybridation
1 thermique 200 ch + 2 électriques : 110 ch et 320 Nm à l'avant et 113 ch et 166 Nm à l'arrière

CO2 (g/km)

46 g/km
Puissance (ch à tr/mn)
360 ch à 6000 tr/mn
Couple (Nm à tr/mn)
520 Nm
Type de transmission
Intégrale permanente
0-100 km/h annoncé
5''2
Vitesse maximum
250 km/h
Poids
1850 kg
Prix
67 100 €
evo blanc
NE MANQUEZ PAS LE PROCHAIN NUMÉRO
 VOUS AIMEREZ
AUSSI
lamborghini revuelto 2
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.