octane 63
Essai

UN ESSAI SIGNÉ OCTANE

Lamborghini Urraco : Le petit taureau blanc

Max Serra/Lamborghini
le
Alors que la marque lance la nouvelle Huracán Evo, Massimo Delbò a voyagé dans le temps pour remonter aux origines de la petite supersportive de Sant’Agata, avec la toute première Lamborghini Urraco.
SOMMAIRE

Quand Ferruccio Lamborghini a fondé ­Automobili Lamborghini à l’automne 1962, il savait exactement ce qu’il voulait. La nouvelle usine allait être bâtie en un temps record (elle ouvrit en 1963 !) et ses voitures de sport devaient être les plus ­désirables au monde. En s’imposant pareil challenge, l’entrepreneur ne s’épargnait aucune ­dépense : il a engagé les meilleurs, choisis personnellement parmi les jeunes talents les plus prometteurs. Ses ingénieurs Giampaolo Dallara, Paolo Stanzani (à peine sorti de l’université) et Giotto Bizzarrini (oui, LE Giotto Bizzarrini, comme consultant) ainsi que le pilote d’essai Bob Wallace étaient les jeunes forces motrices du nouveau constructeur, et tous partageaient la vision de leur patron. Alors, quand Lamborghini dévoila la Miura en 1966, le milieu de l’automobile comprit immédiatement qu’il avait ­atteint son but et, à partir de ce moment-là, ses voitures allaient être vénérées dans le monde entier.

Une moitié du V12

lamborghini urraco 9

Un entrepreneur avisé sait cependant qu’il ne peut pas se reposer sur ses lauriers. Même si l’usine était inondée de commandes pour la Miura, Ferruccio savait qu’un unique modèle à 12 cylindres ne suffirait pas à soutenir l’entreprise sur le long terme et il assigna à son équipe technique la tâche de lui développer une petite sœur. La première étape était la Marzal, un concept car de 1967 dessiné à la Carrozzeria Bertone par le même jeune et talentueux Marcello Gandini qui avait enfanté la Miura. Il était équipé d’un 6 cylindres en ligne de 2,0 litres – une moitié du célèbre V12. « Nous savions tous, nous rappelle Dallara, que derrière l’énorme succès commercial de la Miura, nous avions besoin d’un modèle plus simple pour augmenter les chiffres de ventes. C’est la raison pour laquelle nous avons été autorisés à “couper en deux” le moteur de la Miura pour la Marzal : c’était une façon simple et économique de vérifier si un demi V12 était suffisant. Si cela avait fonctionné, ce moteur aurait été facile à développer et à produire en raison du nombre de pièces partagées. Sauf que ça n’a pas été le cas, il était trop petit.»
Quand la Marzal fut prête, Bob Wallace passa du temps à la conduire, mais ses rapports étaient catégoriques : ses problèmes de jeunesse pouvaient être réglés avec un (coûteux) programme de développement, mais il manquait dès le départ au moteur la puissance attendue d’une Lamborghini. En 1969, Paolo Stanzani, alors responsable de la production du constructeur, passa donc à l’étude d’un nouveau modèle équipe d’un nouveau moteur V8, qui allait devenir l’Urraco.
« L’Urraco était de loin la voiture la plus innovante sur laquelle j’avais jamais travaillé » m’a un jour dit le regretté Stanzani – une déclaration impressionnante si l’on considère son implication sur les Miura, ­Espada et Countach. « Tout était nouveau et, une fois que le concept d’une berlinetta 2+2 à moteur V8 transversal monté en position centrale fut approuvé, je me suis retrouvé devant une feuille blanche avec la mission de la créer. La tâche de la dessiner fut confiée à Marcello Gandini. Je dois dire que je ne pouvais pas rêver meilleur partenaire pour un projet comme ­celui-ci, car en plus d’être un type fabuleux et un ­designer au talent immense, Gandini avait d’excellentes compétences mécaniques. Il comprenait les besoins techniques d’une voiture comme celle-ci, à l’image des contraintes liées au refroidissement. »
Sa première proposition de style s’inspirait beaucoup du concept car Alfa Romeo Carabo de 1968 qu’il avait dessiné chez Bertone, alors que sa seconde suggestion ressemblait à ce qui allait devenir la Ferrari 308 GT4. Son troisième concept fut approuvé par Lamborghini et a à peine été modifié avant d’être lancé en production.
Au même moment, Stanzani était occupé à créer un tout nouveau V8 à 90°, un bloc supercarré de 2,5 litres. Pour garder ce moteur aussi léger que possible, il était entièrement réalisé en alliage d’aluminium, le bloc consistant en deux moulages maintenus ensemble par 20 goujons. Dès le tout premier prototype, il avait opté pour des culasses plates interchangeables de type Heron (avec une chambre de combustion creusée dans le piston au lieu de la culasse). L’entraînement de l’unique arbre à cames de chaque banc était assuré par une courroie crantée, un système choisi pour faciliter l’entretien, mais qui s’avérera être le point faible du moteur et qui sera remplacé par une chaîne sur la version suivante à 3,0 litres. Celle-ci apportera également des culasses double arbre.

L’entrainement du V8 par courroie crantée devait faciliter son entretien, ce fut son point faible. La version 3,0 litres inaugurera la distribution par chaîne.

Pour les suspensions, Stanzani adopta des jambes MacPherson aux quatre roues : une solution difficile à mettre au point, mais libérant un vaste espace dans l’habitacle. Pour résoudre le problème des crash-tests américains, il monta la crémaillère de direction directement derrière le pédalier, avec une colonne rétractable. L’habitacle moderne était caractérisé par un positionnement inhabituel de l’instrumentation : au salon de Turin 1970, elle était regroupée au centre de la planche de bord, alors que sur la première série en production, proposée uniquement en 1972, elle entourait le volant, avec un immense compte-tours à sa gauche et un compteur de vitesse coordonné à sa droite.

P250

Au début, la voiture ne portait aucun badge Urraco, simplement une inscription P250, le P signifiant “posteriore” (“arrière”, pour la position du moteur), un nom qui restera jusqu’à peu de temps après que les premiers communiqués de presse ont été envoyés. C’est alors que Ferruccio choisit lui-même le nom “Urraco”, une race de ­taureaux petits, mais féroces. De 1970 à 1972, période durant laquelle seules 36 voitures ont été assemblées, l’Urraco resta un projet de développement, en proie au début de la crise du pétrole, aux tensions politiques en Italie et en Europe et à l’annulation d’une immense commande de tracteurs Lamborghini (les machines agricoles étant, après tout, les fondements de l’empire de Ferruccio) et cela mit les finances de l’entreprise en grande difficulté.
Pendant ce temps, Stanzani devait mettre en place l’outillage de production : l’Urraco étant inédite sous tous ses aspects, elle a donc demandé d’immenses investissements. Après quatre ou cinq prototypes ­assemblés à la main (dont la proposition de style de Bertone, la voiture du salon de Turin 1970 et une voiture jaune connue pour avoir été le mulet d’essai essentiellement conduit par Bob Wallace, toutes trois sans numéros de châssis), la première Urraco de production fut finalement assemblée à l’automne 1972. C’est la voiture blanche de notre article, propriété d’un collectionneur de la région de Milan.

lamborghini urraco 3

Le châssis 15000.1060*1 fut la première des 50 voitures qui sont aujourd’hui reconnues comme une sorte de série de pré-production, faciles à reconnaître à leur blason Lamborghini également appliqué au ­capot arrière. Celle-ci, étant la toute première, elle porte quelques différences supplémentaires par rapport aux voitures suivantes. L’une des plus évidentes est, lorsqu’on ouvre le compartiment à bagages ­arrière, la forme unique de l’intérieur des passages de roues, qui sont ici carrés plutôt qu’arrondis comme par la suite. Il y a également trois grilles d’extraction d’air à l’arrière du toit, une solution venant de l’Espada et partagée par seulement deux autres Urraco (15006.1060*4 et 15008.1060*5). Malheureusement, la voiture n° 5, un exemplaire d’essai et de presse, a été détruite une fois sa mission achevée. Les autres différences sont le positionnement des bras de support du capot moteur (ici du côté gauche), un pare-chocs avant en cinq pièces au lieu de trois, et une grille de boîte apparente dépourvue de verrouillage permettant d’empêcher le passage de la marche arrière par erreur.
Le certificat de conformité de la voiture fut émis le 29 septembre 1972. Elle a alors été utilisée pour les photos prises par Peter Coltrin en face de l’usine ­Lamborghini et faisant aujourd’hui partie des archives Klemantaski. «Nous sommes certains que la voiture n° 1 est celle des photos, à cause des différences spécifiques visibles, raconte son propriétaire actuel. Nous savons aussi, à partir des spécifications d’usine de la voiture, que l’intérieur d’origine était rouge. La grande question est de savoir quand la voiture a été équipée de ses finitions actuelles, qui sont identiques à celles de la version S, lancée peu de temps après. D’après les photos publicitaires de Bertone visibles dans le livre Lamborghini de Serge Bellu publié en 1987, nous pensons qu’après la séance photo à Sant’Agata, la voiture est retournée chez Bertone et a été utilisée pour tester les nouvelles finitions planifiées pour la S. Sur les photos publicitaires, il est facile de remarquer le motif de tissu différent qui correspond à celui de l’habitacle actuel. Il est visiblement resté dans la voiture depuis.»

Au début, la voiture n’arborait pas le nom Urraco mais seulement P250. Ce n’est que plus tard que Ferruccio Lamborghini l’a baptisée ainsi

La voiture a été utilisée pour réaliser d’autres essais avant d’avoir été préparée le 20 octobre pour être livrée, devenant ainsi la septième Urraco à quitter officiellement l’usine. Elle a été envoyée à l’agent romain SEA le 7 décembre et a été immatriculée au nom de Me Mirella Romiti. Une longue série de propriétaires a suivi, onze au total dans différentes provinces italiennes, et l’actuel l’a achetée en 2008 à Campogalliano, près de Modène. « J’en ai cherché une pendant très longtemps, et je connaissais déjà cette voiture qui était proposée ­depuis des années sur Internet à un prix délirant. Après avoir échoué à la vendre à une vente aux enchères, son propriétaire l’a affichée à un prix plus réaliste et je l’ai achetée. Les premiers clients de l’Urraco avaient habituellement des connaissances limitées des voitures historiques. C’étaient des autodidactes qui voulaient montrer leur succès en s’achetant une supersportive neuve.»

Supersportive normale

lamborghini urraco 11

« Si la Miura pouvait être considérée comme une ­supercar, à l’image des Pagani actuelles, l’Urraco était une “supersportive” normale et, alors qu’elles passaient de main en main, leur valeur déclinait de concert avec le soin et l’apport financier dispensés par leurs propriétaires. Quand l’Urraco est devenue une “classique”, très peu d’exemplaires étaient restés en état d’origine, et ceux-ci ont vite disparu du marché, laissant uniquement les voitures qui étaient trop usées ou coûteuses pour être restaurées. »
Quand il l’a achetée en 2008, l’Urraco n° 1 était un parfait exemple de ce que trente ans d’entretien réalisé à l’économie peuvent faire à une voiture. « La couleur n’était pas la bonne, un blanc crème Alfa Romeo qui couvrait également les persiennes du capot moteur, et la ­finition de la peinture était basique, se souvient son propriétaire. Au début des années 80, la voiture a été impliquée dans un accident, rien de très sérieux, mais le pare-chocs arrière n’a jamais été remis en place et les panneaux ont été recouverts d’épaisses couches de mastic dans une tentative de donner à cet exemplaire la forme de “Urraco Bob”, le modèle unique créé pour des ­essais par Bob Wallace. Le pare-chocs arrière manquant m’a causé de terribles migraines, mais j’ai eu la chance d’en retrouver un dans un vieux stock de pièces neuves, toujours avec ses chromes d’origine en parfait état. »
Le logement de la roue de secours, un piège à rouille notoire qui avait été remplacé de façon incorrecte, devait être reconstruit. Le plancher du coffre était également touché par la corrosion, comme sur de nombreuses Urraco et la calandre avant non conforme (il y en avait trois types différents) a été refabriquée pour correspondre à celle du châssis n° 15006 (la quatrième voiture assemblée).
Le plus surprenant, en s’asseyant derrière le volant de l’Urraco, c’est à quel point son nez est court. Celui-ci ­disparaît également très vite en avant et déployer les phares rétractables permet de jauger de l’endroit où se trouve son extrémité. Puis, une fois installé, on remarque que le volant, les pédales et les sièges ne sont pas alignés.

Sonorité fabuleuse

lamborghini urraco 7

En tournant la clé, le V8 s’élance et prend rapidement des tours en vous entourant d’une sonorité fabuleuse. La fréquence de celle-ci est plus basse que celle d’un V12 et il est plus bruyant, avec plus de résonance, que le moteur d’une Ferrari 308. La pédale d’embrayage n’est pas lourde, mais on ressent dans le pied droit tout le travail que la tringlerie d’accélérateur doit effectuer pour actionner les carburateurs placés dans votre dos. De même, le levier de boîte demande des impulsions délibérées, mais les rapports s’enchaînent facilement. Comme on pourrait s’y attendre, les routes sinueuses sont le terrain de jeu préféré de l’Urraco, là où son excellent équilibre et son châssis raffiné peuvent ­démontrer leurs talents. La direction s’allège avec la vitesse et l’on s’habitue rapidement à la position de conduite un peu étrange.

Le propriétaire d’une Urraco qui ne l’utilise pas souvent sera puni par un comportement récalcitrant

La personnalité de son moteur dépend du régime. Sous les 3 500 tr/min, il est paresseux et franchement pas impressionnant, ce qui n’est peut-être pas surprenant pour un V8 de si petite cylindrée, mais de là et jusqu’à 6 000 tr/min, il se montre plein d’énergie. Les freins sont remarquables : faciles à moduler et très efficaces. Surtout, alors que le propriétaire d’une Urraco qui ne l’utilise pas souvent sera puni par un comportement récalcitrant, même durant cette chaude journée d’été et malgré les innombrables arrêts et redémarrages demandés par une séance photo, l’aiguille de température de notre voiture n’a pas bougé.
Au salon de Turin 1974, Lamborghini a présenté l’Urraco P300, avec un moteur 3,0 litres et une culasse double arbre permettant de développer plus de puissance. Une version dégonflée à 2,0 litres existait également, un modèle spécial réservé à l’Italie et destiné à échapper à la fiscalité locale. La production s’est arrêtée en 1979 après un total de seulement 776 exemplaires assemblés, loin des prévisions d’origine, mais Lamborghini avait marqué le coup. La Jalpa a suivi, puis il y a eu la fabuleuse Gallardo de 2004 et ensuite la Huracán. Autant de voitures qui ont changé le destin du constructeur. 

Partager la fiche

Nos dernières occasions
479 900 €
Rolls Royce Cullinan
Mise en circulation : juillet 2020
529 900 €
Ferrari 812 GTS
Mise en circulation : avril 2022
245 000 €
Porsche 911 (997/2) GT3 RS
Mise en circulation : janvier 2011
254 900 €
Porsche 718 Cayman GT4 RS
Mise en circulation : décembre 2022
Prix sur demande
Lotus Elise S2
Mise en circulation : juillet 2003
244 900 €
Porsche 911 (992) Carrera 4 GTS Cabriolet
Mise en circulation : juin 2023
249 900 €
Porsche 718 Cayman GT4 RS
Mise en circulation : septembre 2023
115 900 €
Ferrari F430 Spider
Mise en circulation : novembre 2008
89 900 €
Chevrolet Corvette C2 Stingray
Mise en circulation : janvier 1964
199 900 €
Mercedes Classe G500 Cabriolet
Mise en circulation : avril 2011
67 900 €
Mercedes SL 63 AMG (R231)
Mise en circulation : janvier 2013
264 900 €
Ferrari Roma
Mise en circulation : mars 2021
69 900 €
BMW 1M
Mise en circulation : octobre 2011
158 200 €
Porsche 911 (991) Carrera 4 GTS Cabriolet
Mise en circulation : avril 2015
31 900 €
Lotus Elise S1
Mise en circulation : avril 1999
310 000 €
Porsche 911 (993) 3.8 RS Touring
Mise en circulation : septembre 1995
124 900 €
McLaren MP4-12C
Mise en circulation : juillet 2012
409 900 €
Ferrari 296 GTS
Mise en circulation : mai 2023
339 900 €
Ferrari F8 Tributo
Mise en circulation : décembre 2020
449 900 €
Ferrari 488 Pista
Mise en circulation : février 2019
189 900 €
Porsche 911 (991/2) GT3 Touring
Mise en circulation : janvier 2018
348 900 €
Ferrari 296 GTB
Mise en circulation : février 2023
159 900 €
McLaren 570S Spider
Mise en circulation : juillet 2018
239 900 €
Porsche 911 (992) Carrera GTS
Mise en circulation : novembre 2022
244 900 €
Porsche 911 (991/2) GT3 RS
Mise en circulation : mai 2019
224 900 €
Ferrari F12berlinetta
Mise en circulation : juin 2026
359 900 €
Ferrari 296 GTB
Mise en circulation : avril 2023
614 900 €
Ferrari SF90 Spider
Mise en circulation : avril 2023
359 900 €
Ferrari 812 Superfast
Mise en circulation : avril 2021
139 900 €
Alpine A110 R
Mise en circulation : octobre 2023
184 900 €
Audi RS6-R ABT
Mise en circulation : mars 2024
364 900 €
Ferrari F8 Tributo Spider
Mise en circulation : août 2021
1 690 000 €
Ferrari 599 SA Aperta
Mise en circulation : juin 2011
279 900 €
Porsche 911 (992) GT3 Touring BVM
Mise en circulation : avril 2022
232 900 €
Ferrari F12berlinetta
Mise en circulation : mars 2015
217 900 €
Ferrari 458 Italia
Mise en circulation : novembre 2011
249 900 €
Ferrari Portofino
Mise en circulation : mars 2019
535 000 €
McLaren 765LT Spider
Mise en circulation : décembre 2021
239 900 €
McLaren 720S
Mise en circulation : septembre 2019
324 900 €
Aston Martin DBS Superleggera
Mise en circulation : février 2020
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
SPORTIVES
D’OCCASION
209 900 €
Lamborghini Huracan LP 610-4
Mise en circulation : septembre 2015
359 900 €
Lamborghini Aventador S
Mise en circulation : janvier 2019
224 900 €
Lamborghini Gallardo LP570-4 Spyder Performante
Mise en circulation : juillet 2015
339 900 €
Lamborghini Huracan EVO Spyder RWD
Mise en circulation : décembre 2022
279 900 €
Lamborghini Diablo
Mise en circulation : septembre 1992
278 900 €
Lamborghinin Huracan EVO LP640-4
Mise en circulation : mai 2020
324 900 €
Lamborghini Huracan EVO Spyder
Mise en circulation : février 2020
294 900 €
Lamborghini Aventador LP700-4
Mise en circulation : septembre 2012
287 900 €
Lamborghini Huracan EVO
Mise en circulation : octobre 2020
344 900 €
Lamborghini Huracan Performante Spyder
Mise en circulation : juillet 2018
 FICHE
TECHNIQUE
Moteur
V8 à 90°
Cylindrée (cm3)
2462
Disposition
central-arriere
longitudinale
Suralimentation
Sans (Atmosphérique)

CO2 (g/km)

Non communiqué
Puissance (ch à tr/mn)
220 ch à 7800 tr/mn
Couple (Nm à tr/mn)
224 Nm à 5750 tr/mn
Type de transmission
Propulsion
0-100 km/h annoncé
6”1
Vitesse maximum
233 km/h
Poids
1150 kg
Prix
Cote 2022 : env. 95 000 euros
logo octane 500x280 1.png
NE MANQUEZ PAS LE PROCHAIN NUMÉRO
 VOUS AIMEREZ
AUSSI
lamborghini revuelto 2
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.