couv enzo 23
Essai

UN ESSAI SIGNÉ ENZO

Ferrari 296 GTB : ÈRE BALISTIQUE

Ferrari
le
Ferrari se sent pousser des ailes. Le constructeur entame une révolution au royaume des supersportives, en misant sur un V6 hybride de 830 ch ! Merci d’enfiler votre combinaison anti-g, le décollage est imminent.
SOMMAIRE

Maranello a secoué la planète auto en 2021, en présentant non pas une version radicalisée de la F8 Tributo, mais un modèle innovant à l’appellation contrôlée : « 29 » pour la cylindrée (2 992 cm3), « 6 » pour le nombre de cylindres et « GTB » pour Gran Turismo Berlinetta. Tout un programme, qui rétorque à la McLaren Artura (V6 biturbo hybride de 680 ch), la coiffe au poteau en matière de commercialisation et fait la nique à l’administration française en écopant d’un malus de seulement 898 € (149 g/km CO2) pour un monstre de 830 ch. Chapeau bas ! Pourvu que cela dure…

Exit la F8

La 296 GTB pousse donc à la retraite la jeune F8, qui a à peine eu le temps de se déshabiller en version Spider. Ferrari fait ainsi l’impasse sur une extrapolation radicale, dommage ! Les normes de pollution ont accéléré le renouvellement de cette évolution de la 488 et le constructeur montre patte verte avant la venue d’un modèle 100 % électrique en 2025, en ­livrant dès le mois de juin sa « petite » GT. Petite par la taille : 5 cm de moins en longueur par rapport à la F8 et petite par la cylindrée, mais colossale par la force déployée, les performances et le prix, en hausse de quasiment 40 000 €. À ce compte, on se demande comment Ferrari va faire évoluer son bébé. Un Spider ? Pas de problème : il permettra de se connecter davantage au V6. Une lightweight ? La surenchère de puissance paraissant surréaliste, un savant mélange de réglages châssis et d’allègement paraît plus plausible. Or l’Assetto Fiorano propose déjà des saveurs du circuit et la liste de personnalisation regorge d’options light. L’existence d’une version spéciale reste donc peu probable.

ferrari 296 gtb 9
En discutant avec l’équipe en charge du développement, qui a nécessité quatre ans, on ressent bien la complexité du projet et l’envie de partager notre ressenti. En termes de puissance, la course folle semble toucher à sa fin. Mais Maranello n’exclut pas une descendante de la F8. Les clients des berlinettes à V8 central représentent la majorité des acheteurs et seuls 30 % découvrent la marque, à condition d’être armés de ­patience : pour le moment, le délai de livraison s’élève à 18 mois.

360 kg d’appui

Comme il n’y a pas eu de salons en 2021, c’est la première fois que l’on découvre le milieu de gamme hybride dans sa version finalisée. Après la Roma, Ferrari continue d’adoucir les formes, en s’inspirant cette fois d’un chef-d’œuvre des années 60 : la 250 LM. Cela frappe par la pureté du profil, le galbe des ailes arrière et du pare-brise (façon visière de casque), le décroché du toit et l’arrière tronqué. Le faciès aplani et reniflant l’asphalte (le lift system est conseillé) ­paraît simple et dans la continuité de la F8. En y regardant de plus près, il révèle quelques subtilités aérodynamiques. La plus évidente concerne l’importante grille dans le bouclier, alimentant deux radiateurs latéraux couchés vers l’arrière. Cela permet de libérer l’espace central et d’y travailler l’appui, en apposant une lame appelée « plateau à thé ». Les phares, eux, recèlent une entrée d’air visant à refroidir les étriers de freins, comme sur la SF90 ou la 812 Competizione.
En continuant le tour du propriétaire, l’aero bridge attire l’attention en fin de pavillon, tout comme ces flancs à la fois sculptés sur le haut pour guider le flux vers les entrées d’air moteur et verticaux sur le bas. Puis les yeux convergent vers le compartiment moteur (la baie en carbone est optionnelle), mêlant verre surteinté et cache coloré sur le haut. Les deux trappes (carburant et électricité) soulignent que nous avons affaire à une hybride rechargeable. Le tour s’achève par le spectaculaire arrière, très aéré, et misant sur l’horizontalité et l’effet de largeur. Adieu les feux ronds, ils sont revisités en rectangles grisés sur le bas, formant avec l’aileron central escamotable un bandeau noir. L’appendice se dresse lors des freinages appuyés, au-delà de 100 km/h, telle une barrière aéro en créant une déportance de 100 kg. Au total, la 296 GTB ­serait capable de générer 360 kg à 250 km/h avec le pack Assetto Fiorano. Plus bas, le flux s’extrait du fond plat par un énorme diffuseur (carbone optionnel), avec en son centre la caméra de recul. L’œil est naturellement attiré par la double sortie d’échappement centrale et quelques câbles colorés à travers la grille. L’orange si voyant est obligatoire pour indiquer au secours la haute tension. Eh oui, cette ­supersportive est une véritable usine à gaz !
ferrari 296 gtb 4À moins que vous ne soyez intervenu sur les modes auparavant, elle démarre systématiquement en silence (mode ­Hybrid). Il va falloir s’y faire. La 296 GTB reprend l’interface et les commandes de la SF90 avec un écran incurvé en guise de tableau de bord, clair et bien agencé hormis quelques ­fenêtres pop-up parfois gênantes. L’incontournable volant multifonction est au rendez-vous, avec des touches haptiques moins irritantes et sensibles qu’à bord de la Roma. Il comprend le eManettino digitalisé sur la droite : Wet, Sport, Race, CT off (antipatinage) et ESC off (correcteur de trajectoire). Ces modes agissent sur la suspension (hors ­Assetto Fiorano), les aides à la conduite, les changements de rapports, l’assistance de direction et la réponse à l’accélérateur. En plus, il faut désormais s’accommoder des quatre réglages de l’hybridation, présents sur la gauche du volant. Le « Hybrid » lancé par défaut n’active le V6 qu’en cas de besoin. Concrètement, vous pouvez vous retrouver à 140 km/h sur autoroute en électrique, à faible charge. Si vous voulez méduser les badauds en ville, il existe le « eDrive » 100 % électrique faisant uniquement appel au moteur arrière de 167 ch (carter rouge), installé entre le V6 et la boîte. Il vide la batterie (73 kg, 7,45 kWh) positionnée transversalement derrière les occupants en 25 km (maxi) et jusqu’à 135 km/h.

Le calme avant la tempête

Rouler en Ferrari électrique crée un « léger » pincement au cœur. Mais si cela permet de rallier les centres-villes à faible émission et d’agacer les écologistes de salon, l’expérience en vaut la peine et donne le sourire. La poussée reste ­modeste, étant donné la puissance et la masse élevée. La batterie se vide rapidement, mais elle se recharge avec autant d’entrain dans les modes sportifs, en attaquant. Inutile de se prendre la tête et de traquer les bornes : il suffit de basculer dans le mode « Performance » privilégiant le thermique ou en « Qualify » priorisant les performances, d’évoluer à hauts régimes et de freiner fort pour voir la jauge verdir. Alors autant ne pas se gêner ! Attention toutefois, seul le mode Qualify permet d’accéder aux 900 Nm et 830 ch. Le Performance retire 30 ch et 7 mkg, ce qui suffit amplement à se satelliser.

ferrari 296 gtb 3
À lui seul, le nouveau V6 biturbo culmine à 663 ch et attire toute l’attention. Logique, il s’agit du premier six cylindres homologué route arborant le Cheval Cabré. Ferrari utilise ce type de motorisation en compétition depuis 1957 (Dino 156) et l’a associé depuis 2014 à la propulsion électrique sur les Formule 1 (1,6 litre turbo hybride). Mais le constructeur n’a pas assumé ses Dino (206 et 246 GT), dont le V6 éponyme était partagé avec Fiat, puis Lancia. Par rapport au V8 biturbo, le V6 3 litres permet de gagner 30 kg, d’abaisser le centre de gravité de 10 mm et de pulvériser le rendement avec 221 ch/l ! Pour en arriver là, les ingénieurs ont totalement revu leur approche pour cette architecture. Ils optent pour une ouverture à 120° (vue en F1 dans les années 60), greffent les deux turbos (IHI, 2 bars maxi !) au centre du V et placent donc l’admission à côté des culasses (toujours recouvertes de rouge). L’alésage et la course des cylindres sont hérités de la SF90, mais l’entraxe diffère (108 mm) et la pression d’injection directe peut atteindre 350 bars. La distribution est assurée par chaînes et poussoirs hydrauliques.
Les turbos étant au centre, le cache argenté sur le dessus du moteur chapeaute donc le collecteur d’échappement en ­Inconel. Le flux gazeux s’extrait de la partie haute du ­moteur et file vers la sortie arrière via deux conduits incluant des catalyseurs et des filtres à particules. L’échappement se réunit à l’arrière, juste avant la sortie, se passe de silencieux, comme sur les Roma, Portofino M et SF90, et est régulé par des clapets actifs. Pour intensifier la bande-son à bord, ­Ferrari opte pour un résonateur à l’admission (hot pipe) ­amplifiant le son dans l’habitable. Quitte à se répéter, l’expression « usine à gaz » n’a rien d’exagéré.

La berlinette décolle et anéantit tous ses ennemis sur son passage, notamment la McLaren Artura distancée d’une seconde au 0 à 200 km/h

Les fluctuations thermique/électrique s’exécutent en douceur, via le coupleur Transition Manager Actuator (embrayage à trois disques). Le réveil du V6 est agréable et son intensité digne d’un V8 suralimenté à froid. Son caractère est lissé sur toute la plage d’utilisation et la fée électricité compense le temps de réponse du turbo sous les 4 000 tours, puis sévit de nouveau à haut régime. « Lisse » n’est ici pas synonyme d’ennui mais plutôt d’absence de temps mort. La 296 GTB catapulte dès les bas régimes et vous assomme jusqu’au rupteur, sans vous laisser respirer.

0 à 200 km/h en 7”3

L’intensité grimpe d’un cran à partir de 4 000 tr/min, quand les turbos se déchaînent, puis d’un second au-delà de 6 000 tr/min, alors que le V6 s’éclaircit la voix. Les notes métalliques aiguës déboulent à ce moment, gratifiantes et singulières, ravissant les tympans et évoquant le V12 maison à mi-régime… Tout en restant moins stridentes et cristallines dans les tours. Le souffle des turbos est audible, comme le chuintement des soupapes de décharge au levé de pied. La sonorité longuement peaufinée fait mouche et surprend de la part d’un petit V6, mais ne submerge jamais les canaux auditifs. Oui, Ferrari a réussi cette mission périlleuse haut la main, en innovant par le timbre et en déprimant la concurrence par les performances.
ferrari 296 gtb 6Mieux vaut d’ailleurs ne pas jeter un œil au tachymètre… La force des accélérations et la constance au-delà de 250 km/h sont dignes d’une féroce sprinteuse, telle la McLaren 765LT. Le launch control est phénoménal. Il suffit de basculer en CT Off, Qualify (avec les batteries chargées), Manuel, puis de presser « L » sur la commande centrale, singeant les grilles métalliques de la grande époque. Le ­régime se cale à 3 000 tr/min et après une légère hésitation, la berlinette décolle et anéantit tous ses ennemis sur son passage, notamment la McLaren Artura distancée d’une seconde au 0 à 200 km/h.
Alors qu’elle est annoncée à près de 1 600 kg avec les pleins, soit 140 kg de plus que la F8, la 296 GTB claquerait le même 0 à 100 km/h que son aînée (2’’9) et lui collerait 0’’5 sur le 0 à 200 km/h (7″3). Malgré la puissance astronomique, la vitesse maxi régresse de 10 km/h pour s’établir à 330 km/h, en raison de l’appui aéro. Quant au temps au tour à Fiorano, il gagne 1’’5 par rapport à l’aînée de 720 ch : 1’21’’0 contre 1’22’’5. Ferrari précise avoir réalisé ce chrono avec le pack Assetto Fiorano, ainsi que les pneus Cup 2R et toutes les options d’allègement.

Grip dément

Pour la première fois dans l’histoire des lancements presse de la marque, les essais ne se déroulent pas à Maranello mais en Espagne, hiver oblige : sur les routes andalouses et sur le circuit de Monteblanco pour l’Assetto Fiorano (voir encadré). Le premier élément estomaquant réside dans la facilité de conduire. C’était déjà le cas à bord de la F8, mais la prise en mains et l’aisance à évoluer à des vitesses effroyables franchissent encore un cap. On ne ressent ni la masse élevée ni la folle puissance à la réaccélération. Le train avant se place vaillamment, sans nervosité, en écartant un maximum le sous-virage. Il ne possède pas le mordant d’une Pista, ni d’une 765LT. La caisse remue et les réglages de suspension restent soft, même en Race. L’arrière suit gentiment (à moins d’en rajouter) en repoussant les aides. Sur le sec, le grip des Michelin Pilot Sport 4S « K » dédiés (il existe aussi des Pirelli en première monte) laisse sans voix. L’antipatinage est peu sollicité, ce qui relève d’un ­exploit à ce niveau. Entrevoir les limites d’adhérence sur route ouverte relève de la gageure, tant les vitesses de passage en courbe et le grip sont déments.

ferrari 296 gtb 8
La boîte 8 à double embrayage (celle des SF90 et Roma) agit de manière télépathique, sans temps mort. Les changements s’opèrent via de grandes palettes solidaires de la colonne, en ajoutant des à-coups dès le mode Sport pour accroître les sensations. Les freins carbone/céramique, eux, sont heureusement à la hauteur. Ils reprennent le fonctionnement by wire (sans liaison mécanique) de la SF90 et l’ABS « evo » permet de relever le niveau d’attaque en mode Race. Le contact de la ­pédale peut dérouter en « Wet » par son côté on/off, mais il retrouve de la progressivité dès le « Normal » et met en confiance. Le progrès le plus notoire vient de la constance de la pédale, qui n’a plus tendance à durcir et à réclamer une force exponentielle.
Le seul élément perturbant concerne la direction, trop ­légère et ne renvoyant pas assez d’informations concernant le grip. Ajoutez à cela une bonne insonorisation et vous comprendrez que le conducteur manque de signaux pour entrevoir sa vitesse d’évolution et le niveau d’adhérence. Les lignes droites n’existent plus, les virages ne sont qu’une ponctuation, tout est si facile. Peut-être trop facile…
Alors, comment Ferrari peut-il faire évoluer encore son concept de berlinette ? La surenchère de puissance semble chimérique et inutile. Il n’y a guère que la voie de l’allègement, avec les progrès des batteries, et une meilleure connexion à la réalité qui paraissent envisageables. Une chose est sûre : Ferrari met une claque à la concurrence, bouleverse et redéfinit les dogmes du segment des supersportives.

Pack Assetto Fiorano

ferrari 296 gtb 12
Comme sur la SF90, Ferrari propose un pack visant à radicaliser la 296 GTB. Facturé 32 400 euros, il revoit dans un premier temps la suspension, en troquant les amortisseurs actifs contre des passifs Multimatic issus de la compétition, couplés à des ressorts en titane. Le relevage du train avant, très pratique, devient au passage indisponible. Le pack rajoute ensuite un peu d’appui aéro (+ 10 kg), grâce à une lame avant en carbone. Puis il concocte un petit régime (15 kg), en utilisant également le carbone pour des éléments intérieurs (dont les contreportes). Enfin, il permet d’accéder à des options exclusives, comme une peinture contrastée inspirée par celle des 250 LM, un capot moteur en lexan (-15 kg) et les fameux Michelin Pilot Sport Cup 2 sur mesure « K2 », aux vertus proches de slicks et homologués sur route. C’est dans cette configuration toutes options « clubsport » que nous avons testé l’Assetto Fiorano sur le circuit de Monteblanco. La suspension radicalisée sacrifie le confort au profit d’une efficacité redoutable, qui limite les mouvements de caisse, donne du mordant au train avant et du grip à la réaccélération. La précision croît, comme les vitesses de passage et la stabilité. Le feeling de direction reste un brin léger. Mais la 296 GTB devient une chasseuse de chronos et une arme redoutable pour le trackday.

 

Partager la fiche

Nos dernières occasions
209 900 €
Lamborghini Huracan LP 610-4
Mise en circulation : septembre 2015
479 900 €
Rolls Royce Cullinan
Mise en circulation : juillet 2020
245 000 €
Porsche 911 (997/2) GT3 RS
Mise en circulation : janvier 2011
254 900 €
Porsche 718 Cayman GT4 RS
Mise en circulation : décembre 2022
Prix sur demande
Lotus Elise S2
Mise en circulation : juillet 2003
359 900 €
Lamborghini Aventador S
Mise en circulation : janvier 2019
244 900 €
Porsche 911 (992) Carrera 4 GTS Cabriolet
Mise en circulation : juin 2023
249 900 €
Porsche 718 Cayman GT4 RS
Mise en circulation : septembre 2023
89 900 €
Chevrolet Corvette C2 Stingray
Mise en circulation : janvier 1964
199 900 €
Mercedes Classe G500 Cabriolet
Mise en circulation : avril 2011
224 900 €
Lamborghini Gallardo LP570-4 Spyder Performante
Mise en circulation : juillet 2015
67 900 €
Mercedes SL 63 AMG (R231)
Mise en circulation : janvier 2013
69 900 €
BMW 1M
Mise en circulation : octobre 2011
158 200 €
Porsche 911 (991) Carrera 4 GTS Cabriolet
Mise en circulation : avril 2015
31 900 €
Lotus Elise S1
Mise en circulation : avril 1999
310 000 €
Porsche 911 (993) 3.8 RS Touring
Mise en circulation : septembre 1995
124 900 €
McLaren MP4-12C
Mise en circulation : juillet 2012
339 900 €
Lamborghini Huracan EVO Spyder RWD
Mise en circulation : décembre 2022
189 900 €
Porsche 911 (991/2) GT3 Touring
Mise en circulation : janvier 2018
159 900 €
McLaren 570S Spider
Mise en circulation : juillet 2018
239 900 €
Porsche 911 (992) Carrera GTS
Mise en circulation : novembre 2022
244 900 €
Porsche 911 (991/2) GT3 RS
Mise en circulation : mai 2019
279 900 €
Lamborghini Diablo
Mise en circulation : septembre 1992
278 900 €
Lamborghinin Huracan EVO LP640-4
Mise en circulation : mai 2020
324 900 €
Lamborghini Huracan EVO Spyder
Mise en circulation : février 2020
139 900 €
Alpine A110 R
Mise en circulation : octobre 2023
184 900 €
Audi RS6-R ABT
Mise en circulation : mars 2024
294 900 €
Lamborghini Aventador LP700-4
Mise en circulation : septembre 2012
279 900 €
Porsche 911 (992) GT3 Touring BVM
Mise en circulation : avril 2022
287 900 €
Lamborghini Huracan EVO
Mise en circulation : octobre 2020
535 000 €
McLaren 765LT Spider
Mise en circulation : décembre 2021
239 900 €
McLaren 720S
Mise en circulation : septembre 2019
324 900 €
Aston Martin DBS Superleggera
Mise en circulation : février 2020
344 900 €
Lamborghini Huracan Performante Spyder
Mise en circulation : juillet 2018
179 900 €
Porsche 911 (991/1) GT3 RS
Mise en circulation : septembre 2016
299 900 €
McLaren 675LT Spider
Mise en circulation : mai 2016
159 900 €
Lancia Delta Integrale EVO II
Mise en circulation : octobre 1993
159 900 €
Mercedes AMG GTC Roadster
Mise en circulation : décembre 2017
329 900 €
Aston Martin DBS Superleggera Volante
Mise en circulation : mars 2020
534 900 €
Aston Martin V12 Vantage 2023
Mise en circulation : juillet 2023
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
SPORTIVES
D’OCCASION
529 900 €
Ferrari 812 GTS
Mise en circulation : avril 2022
115 900 €
Ferrari F430 Spider
Mise en circulation : novembre 2008
264 900 €
Ferrari Roma
Mise en circulation : mars 2021
409 900 €
Ferrari 296 GTS
Mise en circulation : mai 2023
339 900 €
Ferrari F8 Tributo
Mise en circulation : décembre 2020
449 900 €
Ferrari 488 Pista
Mise en circulation : février 2019
348 900 €
Ferrari 296 GTB
Mise en circulation : février 2023
224 900 €
Ferrari F12berlinetta
Mise en circulation : juin 2026
359 900 €
Ferrari 296 GTB
Mise en circulation : avril 2023
614 900 €
Ferrari SF90 Spider
Mise en circulation : avril 2023
359 900 €
Ferrari 812 Superfast
Mise en circulation : avril 2021
364 900 €
Ferrari F8 Tributo Spider
Mise en circulation : août 2021
1 690 000 €
Ferrari 599 SA Aperta
Mise en circulation : juin 2011
232 900 €
Ferrari F12berlinetta
Mise en circulation : mars 2015
217 900 €
Ferrari 458 Italia
Mise en circulation : novembre 2011
249 900 €
Ferrari Portofino
Mise en circulation : mars 2019
384 900 €
Ferrari F8 Spider
Mise en circulation : août 2020
399 900 €
Ferrari 458 Speciale
Mise en circulation : janvier 2014
379 900 €
Ferrari 812 Superfast
Mise en circulation : avril 2018
444 900 €
Ferrari 296 GTS
Mise en circulation : juin 2023
659 900 €
Ferrari 488 Pista Spider
Mise en circulation : décembre 2020
 FICHE
TECHNIQUE
Moteur
V6 à 120°
Disposition
central-arriere
longitudinale
Cylindrée (cm³)
2992
Suralimentation
Biturbo
Hybridation
1 moteur électrique arrière
Puissance maxi (ch à tr/mn)
830 ch à 8000 tr/mn
Couple maxi (Nm à tr/mn)
900 Nm
Régime maxi (tr/mn)
8500
Vitesse maximum (km/h)
330
0-100 km/h annoncé
2”9

0-200 km/h annoncé

7”3
1000m DA annoncé
-
6,4
CO2 (g/km)
149

Prix

271 114 euros
Puissance fiscale
NC
logo enzo 500x280 1.png
NE MANQUEZ PAS LE PROCHAIN NUMÉRO
 VOUS AIMEREZ
AUSSI
lamborghini revuelto 2
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.