z enz24 couv (rvb 300dpi) 100
Essai

UN ESSAI SIGNÉ ENZO

Essai RML SWB – Une Ferrari 550 Maranello très inspirée

RML
le
Il est venu le temps de prendre en mains cette étonnante RML SWB construite sur base de 550 Maranello.
SOMMAIRE

Pourquoi cette RML RWB ?

rml swb 125

Si les initiales « RML » ne vous disent rien, sachez qu’il y a un nom derrière cet acronyme, celui de Ray Mallock. Pilote et constructeur, son père était Arthur Mallock, le créateur des voitures de course Mallock U2 de 1958, et il a trouvé sa niche en construisant et en faisant rouler des voitures du Mans pour des marques comme Aston Martin (Nimrod) et Nissan avant de passer aux voitures de tourisme et de créer des voitures de course d’usine ou semi-usine pour plusieurs grandes marques.

Depuis lors, Ray Mallock Ltd est devenu le RML Group Ltd et réalise beaucoup d’ingénierie haut de gamme pour des équipementiers prestigieux, des choses étonnantes dont vous n’aurez jamais conscience, car elles sont toujours réalisées en toute discrétion. C’est pourquoi RML assemble désormais sa propre voiture, sur le modèle d’une célèbre sportive italienne de la fin des années 50, pour montrer ses capacités.

Michael, le fils de Ray, dirige aujourd’hui RML et, lors de ma visite au Millbrook Proving Ground pour essayer la voiture zéro de ce qui sera une série de 30 exemplaires, il a expliqué le choix du sujet.

« Au départ, je pensais construire une hypercar, mais le marché est saturé et, pour être honnête, je ne trouve pas ces voitures agréables à conduire lorsqu’elles ne sont pas sur un circuit. Je voulais quelque chose qui permette de s’amuser sur une route de campagne sans rouler à 200 km/h, mais avec le sens de l’engagement du conducteur qui fait souvent défaut aux voitures modernes. Il fallait aussi que je puisse rentrer dedans avec mon 1,80 m, avec une autre personne assise à mes côtés, et qu’il y ait assez de place pour porter un casque pour les sorties sur circuit. »

Haute qualité

rml swb 093

D’où la RML Short Wheelbase, dont le nom (et le look) s’inspire très clairement (soyons francs) d’une Ferrari 250 GT SWB. Le mot crucial ici est « inspiré », car RML tient à souligner qu’il ne s’agit pas d’une copie, d’une réplique ou d’une imitation : « Au contraire, dit Michael, il s’agit d’une toute nouvelle voiture qui représente la façon dont un tel concept de design pourrait être abordé aujourd’hui. »

La voiture zéro est actuellement soumise à un régime d’essai éprouvant pour voitures modernes à Millbrook, dans une chambre climatique (pour simuler les embouteillages à 40 °C dans les villes du Moyen-Orient) et sur les routes d’essai difficiles du circuit, qui comprennent des nids-de-poule artificiels d’une profondeur rarement atteinte, même sur un réseau secondaire en ruine. C’est donc tout naturellement que la RML SWB est dotée d’une carrosserie en composite de carbone extrêmement rigide, collée à ce qui est essentiellement une plateforme de Ferrari 550 Maranello (une nécessité pratique pour faciliter l’immatriculation sur les marchés étrangers).

Cela inclut, bien sûr, le moteur V12 de 5,5 litres de la Maranello. RML les dépouille et les reconstruit lui-même et, ce faisant, récupère les chevaux qui ont pu s’égarer au fil des ans : l’ingénieur en chef du projet, Nic Rutherford, explique qu’ils trouvent souvent des puissances plus proches des 420 ch que des 485 ch qu’un moteur neuf devrait produire. Le V12 est magnifiquement présenté (pas de couvercles en plastique ici) et ce mantra « sans plastique » s’étend à l’intérieur. Si une pièce semble être en aluminium, c’est qu’il s’agit d’aluminium et les commandes sont réalisées sur mesure, tout comme l’instrumentation analogique.

Galop d’essai

rml swb 300

En démarrant le V12 de 5,5 litres, celui-ci émet une sonorité appropriée, loin d’être rauque. En sortant du garage de Millbrook, la SWB est visiblement facile à piloter : peut-être un peu trop facile, car la direction assistée aurait besoin d’un peu plus de poids à basse vitesse. RML est déjà sur le coup. Comme d’habitude en Angleterre, il pleut maintenant, et la « route alpine » de Millbrook est notoirement impitoyable : un véritable chemin de traverse fait de crêtes soudaines et de pentes abruptes, de virages en épingle à cheveux et d’autres serrés et inclinés. Cependant, la SWB se sent parfaitement en sécurité et roule aussi confortablement qu’on peut l’espérer avec des Pirelli ZR à profil bas montés sur des jantes de 18 pouces. Michael Mallock a prévenu que la boîte de vitesses Graziano à six rapports, récemment reconstruite, est un peu rigide, mais cela ne fait qu’ajouter à l’ambiance authentique de l’époque lorsque vous manipulez le levier contre la grille ouverte.

La SWB pèse environ 30 kg de moins qu’une 550, ce qui lui permet de passer de 0 à 100 km/h en 4”1, ce qui est très respectable, et d’atteindre une vitesse de pointe estimée à 290 km/h. Maintenant, ce superbe moteur commence à pétiller et à hurler à la manière d’une vraie Ferrari : c’est un bruit « haut de gamme », pas beaucoup de basses mais beaucoup de montées mélodiques. Les chiffres de puissance et de couple restent aux réglages d’usine et ce dernier abonde, de sorte qu’on a vraiment l’impression de conduire une sportive exotique des années 1960 exceptionnellement bien réglée.

Roue-fils ou pas roue-fils ?

rml swb 248

Des griefs ? Un seul, mais il est important. J’ai beau essayer, je n’arrive pas à me défaire des fausses jantes à rayon en aluminium, dont l’aspect plat (rendu nécessaire par les voies larges de la 550) nuit vraiment à l’impression générale. Même si elles sont usinées à grands frais dans des billettes d’aluminium, elles font vraiment quincaillerie (désolé, Michael !).

C’est là que réside le plus grand défi dans la production de la version moderne d’un thème classique : les profondes roues-fils Borrani sont une partie essentielle de l’esthétique de la Ferrari 250 originale, et pourtant RML ne peut évidemment pas (et ne veut pas) copier servilement ce design. Michael avoue que les roues sont l’élément de la RML SWB dont il est le moins satisfait, mais il ajoute qu’aucun autre style qu’ils ont expérimenté n’a mieux fonctionné. Je pense tout de même qu’ils devraient continuer d’essayer.

rml swb 055

En conclusion

Si ce détail ne vous dérange pas et que vous êtes en mesure de débourser 1,6 million d’euros hors taxes pour l'une des 30 SWB que RML a l'intention de construire, je n'hésiterai pas à vous dire de foncer. La profondeur de l'ingénierie et la qualité pure du produit sont exceptionnelles, et le résultat est un jouet avec lequel vous n'hésiterez pas à vous amuser n'importe quand. Et peut-être même tout le temps.

Partager la fiche

Nos dernières occasions
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
SPORTIVES
D’OCCASION
234 900 €
ferrari portofino occasion 2
Ferrari Portofino
Mise en circulation : octobre 2018
189 900 €
ferrari 458 spider occasion 3
Ferrari 458 Spider
Mise en circulation : juillet 2012
539 900 €
ferrari 812 gts occasion 2
Ferrari 812 GTS
Mise en circulation : mars 2023
259 900 €
ferrari roma occasion 3
Ferrari Roma
Mise en circulation : juillet 2021
129 900 €
ferrari f355 occasion 1
Ferrari F355 GTB
Mise en circulation : décembre 1995
364 900 €
ferrari 296 gtb occasion 3
Ferrari 296 GTB
Mise en circulation : février 2023
115 900 €
ferrari f430 spider 1
Ferrari F430 Spider
Mise en circulation : novembre 2008
449 900 €
ferrari 488 pista occasion 2
Ferrari 488 Pista
Mise en circulation : février 2019
348 800 €
ferrari 296 gtb verte 2
Ferrari 296 GTB
Mise en circulation : avril 2023
1 690 000 €
ferrari 599 sa aperta 1
Ferrari 599 SA Aperta
Mise en circulation : juin 2011
378 000 €
ferrari f8 tributo spider occasion 1
Ferrari F8 Spider
Mise en circulation : août 2020
379 900 €
ferrari 812 superfast occasion 1
Ferrari 812 Superfast
Mise en circulation : avril 2018
 FICHE
TECHNIQUE
Moteur
V12 à 65°
Cylindrée (cm3)
5474
Disposition
Central avant
Longitudinal
Suralimentation
Sans (Atmosphérique)

CO2 (g/km)

Non communiqué
Puissance (ch à tr/mn)
485 à 7000
Couple (Nm à tr/mn)
568 à 5000
Type de transmission
Propulsion
0-100 km/h annoncé
4''1
Vitesse maximum
298 km/h
Poids
1470 kg
Prix
1 600 000 euros (30 exemplaires)
logo enzo 500x280 1.png
NE MANQUEZ PAS LE PROCHAIN NUMÉRO
 VOUS AIMEREZ
AUSSI
lamborghini revuelto 2
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.