evo171 couv
Essai

UN ESSAI SIGNÉ EVO

Aston Martin DBX707 : L’orgueilleux

D.R
le
La nouvelle variante du SUV Aston Martin est un DBX de 707 chevaux qui sait comment nous parler.
SOMMAIRE

Peu importe les avis envers ce type de véhicules, la tendance aux SUV toujours plus rapides, toujours plus puissants, n’est pas près de disparaître. Tout le monde sait pourquoi les constructeurs en sont friands : ils permettent de gros profits, ce qui est suffisant pour justifier les contradictions dont ils sont porteurs. En effet, est-il vraiment pertinent aujourd’hui de mettre sur le marché des engins aussi gros, aussi lourds, aussi puissants et aussi gourmands ? Mais comme il existe des gens assez aisés pour se les payer, ces mammouths de plus de 600 ch ne devraient pas disparaître tout de suite… et c’est maintenant au tour d’Aston Martin de faire son offre.

evo am dbx707 026

Le SUV sauveur …

La firme de Gaydon avait grandement besoin du DBX et il va de soi que plusieurs variantes doivent être proposées. Un modèle V6 à hybridation légère existe en Chine depuis l’an dernier, et lors du restylage en 2024, nous devrions voir apparaître une version électrifiée en Europe. Dans l’intervalle, le 707 a débarqué. En le présentant comme le SUV le plus puissant de la production actuelle (il semble pourtant que le Dodge Durango SRT Hellcat affiche 720 ch…), Aston Martin espère attirer les projecteurs et approcher les 4 000 ventes annuelles pour se rapprocher de Lamborghini qui a vendu de son côté 5 000 Urus en 2021. Dans le même temps, le 707 se veut plus rentable tout en piquant des clients au constructeur de Sant’Agata mais aussi à Porsche. Et s’il pouvait également attirer suffisamment l’attention pour que les clients ne pensent pas au futur Range Rover V8 Sport SVR à moteur BMW qui arrive d’ici 18 mois, ce serait parfait.

evo am dbx707 020

Le DBX standard à la tenue de route convaincante et à la puissance copieuse était déjà impressionnant en offrant une expérience plus proche de celle des grosses berlines sportives que des SUV. Objectivement, personne n’a vraiment besoin d’un DBX707 disposant de près de 30 % de puissance supplémentaire, capable de dépasser les 310 km/h et d’abattre le 0 à 100 km/h en 3’’3. Personne sauf Aston Martin. Et comme ils se sont bien gardés de faire disparaître ce que le DBX standard avait de bien pour nous offrir un engin qui nous a tous franchement convaincus, on ne va pas se plaindre.

… s’enhardit

En raidissant de 55 % les liaisons à l’avant et en rigidifiant de 9 % la caisse, nous avions peur que le confort de roulage du DBX disparaisse sur le 707 mais il ne faut guère de temps pour se rendre compte que ce n’est en rien le cas. Idem pour le raidissement de 50 % des barres antiroulis actives afin de lutter contre la prise de roulis et garantir que ce 707 vire à plat en toutes circonstances. Là aussi, le résultat est spectaculaire au point que je trouve ce 707 plus indulgent et plus relaxant à basse vitesse que son petit frère moins puissant. Même avec ses jantes optionnelles de 23 pouces et ses pneus taille basse, il faut passer sur un sacré nid-de-poule pour ressentir la moindre vibration dans l’habitacle.

evo am dbx707 196
Si les jantes de 23 pouces sont une option (c’est 22 de série), le freinage carbone-céramique est lui de série.

Les changements apportés aux amortisseurs pneumatiques à trois chambres tout comme ceux apportés aux modes GT, Sport et Sport+ jouent un rôle mais la maîtrise du contrôle de caisse ainsi que le confort de roulage sont aussi à mettre au crédit des butées hydrauliques installées sur la suspension avant. Elles étaient montées sur les premiers prototypes du DBX mais n’avaient pas été retenues en production à cause de problèmes de fiabilité. Elles ont depuis réussi les tests et sont donc inaugurées par le 707 avant d’équiper toutes les autres versions ensuite. Leur objectif est également de juguler au mieux l’impact sur la direction des masses non suspendues pour le moins conséquentes lorsqu’un SUV de 2 245 kg et 707 ch est équipé de jantes de 23 pouces abritant des disques carbone-céramique (de série) de 420 mm de diamètre à l’avant et 390 mm à l’arrière. Le confort à basse vitesse est immédiatement remarquable, cela donne à l’auto un comportement très typé GT.

Si le 707 joue ouvertement la partition du SUV “le plus puissant du monde” avec son V8 AMG M177 4,0 litres aux turbos à roulements à billes modifiés et à l’échappement spécifique, il cherche également à faire douter un acheteur de Bentley Bentayga en matière d’accueil et de confort. Et il y parvient.

Pour accepter les 707 ch à 6 000 tr/mn et les 900 Nm de couple délivrés de 2 600 à 4 500 tr/mn, la boîte qui comporte toujours 9 rapports dispose désormais d’un embrayage humide et d’un paramétrage spécifique pour plus de réactivité tandis que la gestion de la puissance privilégie beaucoup plus l’arrière que sur le DBX standard.

Il existe une fonction démarrage discret mais même sans cela et même sur son mode le plus sonore, cela reste compatible socialement. Même à pleine charge, son grognement explicite reste civilisé. Dans l’habitacle, ceux qui connaissent le DBX verront tout de suite les modifications. On trouve désormais une molette sur la console centrale pour sélectionner les modes de conduite, l’écran central n’est toujours pas tactile (cela viendra en 2024), mais les nouveaux sièges sport vous enveloppent un peu plus au niveau des épaules et proposent surtout une plus large gamme de couleurs qui rehaussent la qualité d’accueil de ce bel intérieur.

Meilleur en tout

evo am dbx707 049

Même si le pic intervient 400 tr/mn plus tard que sur le DBX standard (et cesse 500 tr/mn plus tôt), la quantité de couple délivrée à bas régime est supérieure, ce qui rend le 707 plus tranchant et plus réactif. Passez de Sport à Sport+ et le V8 se réveille, les montées en régime se montrent plus franches et la prise de vitesse très rapide. La direction linéaire et le châssis serein aident à garder son calme tout comme le niveau de grip offert par les Pirelli P Zero en 275 mm de large à l’avant et 310 à l’arrière. Si vous vous calez sur un bon rythme sans brusquerie, le 707 se montre plus communicatif et plus engageant qu’une Audi RS6. Il paraît plus organique et plus naturel dans sa façon de se comporter, et ne laisse jamais entrevoir la technologie qui lui permet d’avoir cette attitude sur la route. Ce package technologique n’interfère jamais tandis que sa transmission intégrale, optimisée pour s’adapter à la hausse de puissance et de couple, privilégie le train arrière jusqu’à ce que le manque d’adhérence oblige à envoyer une partie de la puissance vers l’avant. Ainsi, les sorties de courbe deviennent étonnamment équilibrées et naturelles. Dans le rapide, il se cale joliment dès l’inscription jusqu’à ce que vous repreniez les gaz, et jamais il ne se montre pointu ou délicat à emmener. On se surprend à apprécier ses qualités au-delà de ce que l’on pouvait l’imaginer avant d’en prendre le volant.

Le DBX707 a le bon goût d’être une superbe évolution du DBX. Il s’améliore là où c’est nécessaire et ne cherche pas à surjouer la sportivité pour séduire le public. Certes, la communication met l’accent sur le fait qu’il doit être le plus rapide du moment mais ce serait réducteur que de penser qu’il n’est que ça. Toutefois, l’objectif d’aller chercher le chrono du Porsche Cayenne Turbo GT sur la Nordschleife est toujours présent mais le staff Aston Martin attend de recevoir les nouveaux Pirelli P Zero Corsa développés spécialement (les Pirelli P Zero standard sont également développés spécifiquement) pour programmer une tentative. Il est évident que l’évolution du pack aérodynamique qui aide également à améliorer le refroidissement sera plus efficace dans ce cadre que sur les routes de Sardaigne où nous avons découvert l’auto. Il en va de même pour le freinage carbone-céramique qui permet aussi d’économiser 40 kg en masses non suspendues, ce qui n’est pas négligeable une fois lancé dans l’Enfer vert.

Satisfaisant tout le temps

evo am dbx707 161
Les sièges Sport sont de série mais des modèles plus confortables sont également possibles.

Chaque kilomètre passé au volant du 707 fait grimper la satisfaction. Certes, un puriste des sportives lui trouvera toujours des défauts. Cela reste une grosse auto même si, comme tous les engins dynamiquement réussis, elle vous donne la sensation d’être moins imposante volant en mains. La qualité de son amortissement à n’importe quelle vitesse, sa précision et la confiance relative qu’elle procure en courbe ne suffisent pas à vous enlever de l’esprit qu’une machine de près de 2,3 tonnes et de plus de 5 m de long, 2 de large et 1,7 de haut ne peut résister éternellement aux lois de la physique. D’autant que l’action des barres antiroulis actives a parfois tendance à trop affermir la suspension en appui, ce qui donne la sensation que l’auto est déconnectée de la route. Et pas au meilleur des moments.

Jamais il ne se montre nerveux ou délicat à emmener

On est quand même surpris que ce DBX707 n’essaie jamais de vous effrayer ou de vous impressionner juste “pour faire le job”. Sa mise au point est tout sauf superficielle, c’est un engin facile à vivre qu’il est difficile de ne pas apprécier. Il est plus raffiné et polyvalent qu’un Porsche Cayenne Turbo GT ou qu’un Lamborghini Urus, moins axé sur la performance absolue. Il a sacrifié un peu de frisson au profit d’une expression plus en rondeur, plus riche.

En conclusion

Le DBX707 est un modèle unique dans la gamme Aston Martin, il existe avant tout pour financer l’avenir des voitures de sport de la marque qui demandent énormément d’investissements puisque ces sportives devront être électrifiées. Les SUV ultra-puissants toujours plus rapides restent un concept inutile et inapproprié, une véritable hérésie, mais les clients existent et les constructeurs continueront de proposer ce type d’engins qui très souvent ne respectent pas leurs promesses.

Mais en ce qui concerne cet Aston Martin DBX707, une chose est sûre : ça n’est pas le cas.

Partager la fiche

Nos dernières occasions
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
LE VERDICT
Comportement étonnant d'efficacité
Look
Raffinement
2,3 tonnes, plus de 5 m de long, 2 de large et 1,7 de haut
Forcément cher
NOTRE AVIS
4.5/5
SPORTIVES
D’OCCASION
149 900 €
aston martin v12 vantage s occasion 1
Aston Martin V12 Vantage S
Mise en circulation : février 2016
154 900 €
aston martin dbs volante occasion 1
Aston Martin DBS Volante
Mise en circulation : octobre 2012
324 900 €
aston martin dbs superleggera occasion 1
Aston Martin DBS Superleggera
Mise en circulation : février 2020
529 900 €
aston martin v12 vantage occasion 1
Aston Martin V12 Vantage 2023
Mise en circulation : juillet 2023
1 050 000 €
aston martin v12 speedster occasion 1
Aston Martin V12 Speedster
Mise en circulation : juin 2023
259 900 €
aston martin superleggera occasion1
Aston Martin DBS Superleggera
Mise en circulation : février 2019
 FICHE
TECHNIQUE
Moteur
V8 à 90°
Cylindrée (cm3)
3982
Disposition
avant
Longitudinal
Suralimentation
Biturbo

CO2 (g/km)

323 g/km
Puissance (ch à tr/mn)
707 à 6000
Couple (Nm à tr/mn)
900 de 2600 à 4500
Type de transmission
Intégrale permanente
0-100 km/h annoncé
3''3
Vitesse maximum
317 km/h
Poids
2245 kg
Prix
246 555 euros
evo blanc
NE MANQUEZ PAS LE PROCHAIN NUMÉRO
 VOUS AIMEREZ
AUSSI
lamborghini revuelto 2
Recevez les dernières actus

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.